"Les portes de la guerre seront closes"

Envoyer Imprimer

"Les portes de la guerre seront closes"

Mémoires des conquêtes romaines sous l'Empire et à l'époque médiévale

Appel à contributions
Date limite : 12 février 2019

 

Journées d'étude – Lyon, 3 et 4 juin 2019
Université Jean Moulin Lyon 3 et UMR 5189 HiSoMA
« LES PORTES DE LA GUERRE SERONT CLOSES » : MÉMOIRES DES CONQUÊTES ROMAINES SOUS L'EMPIRE ET À L'ÉPOQUE MÉDIÉVALE
Organisées par Simon Cahanier et Marie Ledentu

Appel à communications
Ouvert aux doctorants, jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs
Date limite : 12 février 2019

Comme le prophétise Jupiter au livre 1 de l'Énéide (claudentur Belli portae, v. 293), l'instauration du Principat marque le terme de l'expansion romaine en Méditerranée : les frontières de cet « empire sans fin » (imperium sine fine, v. 279), fixées par Auguste, n'évolueront alors plus que ponctuellement sous ses successeurs et jusqu'à la disparition de l'Empire romain d'Occident.
Plusieurs recherches récentes, inscrites dans le champ des memory studies, ont mis en évidence le poids qu'ont eu dans la mémoire culturelle des Romains certains épisodes majeurs de leur histoire comme la deuxième guerre punique ou les guerres civiles, notamment en raison de leur portée traumatique. On s'est cependant moins souvent interrogé sur la (les) valeur(s) mémorielle(s) dont ont été chargées les guerres extérieures (bella externa) qui, loin de tomber dans l'oubli, constituaient un réservoir inépuisable d'exempla et de références. Comment les Anciens se sont-ils souvenus des conquêtes républicaines une fois celles-ci achevées, sous l'Empire et, au-delà, à l'époque médiévale ? Comment les ont-ils commémorées ?

L'objectif de ces journées est de proposer des réponses à cette question de la mémoire des conquêtes romaines, en analysant en contexte ses formes (littéraires, iconographiques, épigraphiques, etc.) et ses enjeux, selon une approche diachronique ou synchronique d'épisodes historiques précis, d'auteurs (grecs et latins) particuliers. Il s'agira de mettre en évidence aussi bien la diversité des mémoires et les raisons de cette diversité que des tendances plus générales sur le rôle des guerres dans la construction de la mémoire collective d'une société, sur leur place dans des pratiques de commémoration sous l'Empire et au Moyen Âge.
Il est attendu des communications qu'elles fassent dialoguer diverses sources documentaires (textuelles, épigraphiques, iconographiques, etc.) et qu'elles s'efforcent de proposer une approche transdisciplinaire permettant de confronter les points de vue et les méthodes sur un même épisode (histoire/mémoire, vestiges archéologiques/traces mémorielles, etc.). Il est possible, dans ce cadre, de proposer des communications à deux voix.
Les propositions de communications, sous forme d'un résumé de 250 mots (en français ou anglais), accompagné d'une présentation des sources mobilisées et d'une courte bibliographie indicative, sont à adresser aux organisateurs : simon.cahanier[at]univ-lyon3.fr et marie.ledentu[at]univ-lyon3.fr, le mardi 12 février 2019 au plus tard. L'annonce des propositions retenues aura lieu le 25 février.
La durée des communications sera de 30 mn et elles feront l'objet d'une publication sous forme d'Actes.
Bibliographie indicative
ASSMANN, J. [2002] (2010) : La mémoire culturelle : écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques, Paris.
BARRANDON, N. (2018) : Les Massacres de la République romaine, Paris.
BECKER, E.-M., DOCHLORN, J et E. HOLT, éd. (2014) : Trauma and Traumatization in Individual and Collective Dimensions. Insights from Biblical Studies and Beyond, Göttingen.
DAVID, J.-M., éd. (1998) : Valeurs et mémoire à Rome. Valère Maxime ou la vertu recomposée, Paris.
GALINSKY, G. K. (2016) : Memory in ancient Rome and early Christianity, Oxford.
GOWING, A. M. (2005) : Empire and Memory: the Representation of the Roman Republic in Imperial Culture, Cambridge-New York-Melbourne.
HALBWACHS, M. (1950) : La mémoire collective, Paris.
HÖLSCHER, T. (2003) : « Images of War in Greece and Rome: between Military Practice, Public Memory, and Cultural Symbolism », JRS, 93, 1-17.
KUBLER, A. (2018) : La mémoire culturelle de la deuxième guerre punique. Approche historique d'une construction mémorielle à travers les textes de l'Antiquité, Bâle.
LOW, P., OLIVER, G. et P. J. RHODES, éd. (2012) : Cultures of Commemoration: War Memorials, Ancient and Modern, Oxford-New York-Auckland.

Comité scientifique
François CADIOU - Professeur d'histoire romaine (Ausonius UMR 5607, Univ. Bordeaux Montaigne)
Simon CAHANIER - doctorant en littérature et civilisation latines (HiSoMA UMR 5189, Univ. Jean Moulin)
Marie-Céline ISAÏA – Maître de conférences HDR en histoire du Moyen Âge (CIHAM UMR 5648, Univ. Jean Moulin)
Marie LEDENTU - Professeur de littérature latine (HiSoMA UMR 5189, Univ. Jean Moulin)


Conference – Lyon, 3 et 4 juin 2019
Jean Moulin Lyon 3 University and UMR 5189 HiSoMA

« THE GATES OF WAR SHALL BE CLOSED » :
MEMORIES OF THE ROMAN CONQUESTS DURING THE EMPIRE AND THE MIDDLE AGES
Organized by Simon Cahanier and Marie Ledentu
Call for papers
Open to PhD students and researchers
Deadline: February 12, 2019
According to Jupiter's prophecy in the first book of the Aeneid (claudentur Belli portae, v. 293), the establishment of the Principate puts an end to the Roman expansion in Mediterranean : from then on, the frontiers of this “endless empire” (imperium sine fine, v. 279), fixed by Augustus, evolved only punctually under his successors and until the fall of the Western Roman Empire.
In the context of memory studies, several researches have recently highlighted the weight of some major episodes of the Roman History on the cultural memory of the Roman people, such as the Second Punic War or the Civil Wars, particularly because of their traumatic scope. However, the issue of the memorial value(s) that have been given to external wars (bella externa) has less often been raised : far from being forgotten by the Romans, these wars constituted an inexhaustible reservoir of exempla and references. How did the Ancients remember the Republican conquests once completed, during the Empire and beyond, during the Middle Ages ? How did they commemorate them ?
The conference seeks to bring new elements of response to the issue of the memory of the Roman conquests by analyzing its forms (literary, iconographic, epigraphic, etc.) and values in context, relying on diachronic or synchronic studies of specific historical episodes of both Greek and Latin authors. The aim is to highlight the diversity of memories and the reasons for this diversity, and to shed the light on more general tendencies concerning the role of wars in shaping the collective memory of a society, and their integration in commemoration practices, throughout the Empire and the Middle Ages.
The papers are expected to confront various documentary sources (literary or epigraphic texts, iconography, etc.) and attempt to propose a transdisciplinary approach in order to compare the different points of view on the same episode, as well as the different methods of analysis (history vs memory, archaeological remains vs memorial traces). In this context, it is possible for two researchers to collaborate on the same paper.
Papers proposals, including title, abstract of 300 words maximum (in French or English), as well as a presentation of the mobilized sources and a brief indicative bibliography, should be sent to the organizers : simon.cahanier[at]univ-lyon3.fr and marie.ledentu[at]univ-lyon3.fr before February 12 of 2019. The announcement of accepted proposals will take place on February 25 of 2019.
Participants who have been accepted will present papers up to a maximum length of thirty minutes. The papers will be published in the conference proceedings.

Indicative bibliography
ASSMANN, J. [2002] (2010) : La mémoire culturelle : écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques, Paris.
BARRANDON, N. (2018) : Les Massacres de la République romaine, Paris.
BECKER, E.-M., DOCHLORN, J et E. HOLT, éd. (2014) : Trauma and Traumatization in Individual and Collective Dimensions. Insights from Biblical Studies and Beyond, Göttingen.
DAVID, J.-M., éd. (1998) : Valeurs et mémoire à Rome. Valère Maxime ou la vertu recomposée, Paris.
GALINSKY, G. K. (2016) : Memory in ancient Rome and early Christianity, Oxford.
GOWING, A. M. (2005) : Empire and Memory: the Representation of the Roman Republic in Imperial Culture, Cambridge-New York-Melbourne.
HALBWACHS, M. (1950) : La mémoire collective, Paris.
HÖLSCHER, T. (2003) : « Images of War in Greece and Rome: between Military Practice, Public Memory, and Cultural Symbolism », JRS, 93, 1-17.
KUBLER, A. (2018) : La mémoire culturelle de la deuxième guerre punique. Approche historique d'une construction mémorielle à travers les textes de l'Antiquité, Bâle.
LOW, P., OLIVER, G. et P. J. RHODES, éd. (2012) : Cultures of Commemoration: War Memorials, Ancient and Modern, Oxford-New York-Auckland.

Scientific committee
François CADIOU - Professeur d'histoire romaine (Ausonius UMR 5607, Univ. Bordeaux Montaigne)
Simon CAHANIER - doctorant en littérature et civilisation latines (HiSoMA UMR 5189, Univ. Jean Moulin)
Marie-Céline ISAÏA – Maître de conférences HDR en histoire du Moyen Âge (CIHAM UMR 5648, Univ. Jean Moulin)
Marie LEDENTU - Professeur de littérature latine (HiSoMA UMR 5189, Univ. Jean Moulin)

 

Lieu de la manifestation : Université Jean Moulin Lyon 3
Organisation : Simon Cahanier et Marie Ledentu
Contact : simon.cahanier[at]univ-lyon3.fr / marie.ledentu[at]univ-lyon3.fr

 

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification