Passés politisés. Usages politiques du passé antique et médiéval au XXIe siècle

Envoyer Imprimer

Passés politisés. Usages politiques du passé antique et médiéval au XXIe siècle

Appel à contributions
Date limite : 20/06/2023

 

Rien de nouveau sous le soleil : au xxie siècle, l'histoire continue d'alimenter les réflexions politiques, nourrissant aussi bien le roman national que les récits contestataires, les discours conservateurs aussi bien que progressistes, les arguments d'un camp comme ceux de son opposant… Les faits historiques et le patrimoine s'imposent comme des arguments d'autorité considérés comme objectifs par certains, pour établir des limites ou créer des ponts, fédérer un groupe ou l'opposer à d'autres. Qu'ils se nomment « Reconquête » ou « Renaissance », dans un jeu d'opposition censé refléter l'échi­quier politique, les partis politiques ne s'y trompent pas lorsqu'ils choisissent un nom de baptême.


Pour ce neuvième numéro de Frontière·s, nous invitons les auteur·rice·s à s'intéresser aux usages récents du passé antique et médiéval dans l'élaboration des idéologies et des pratiques poli­tiques contemporaines. Tous les acteurs et actrices de cette construc­tion peuvent être pris en compte, que leur rôle soit conscient ou inconscient, directement politique ou non : politicien·ne·s, membres de la société civile, journalistes, artistes, institutions (étatiques, culturelles, sportives…), etc. Ces acteurs et actrices s'inspirent d'imaginaires collectifs, qu'ils nourrissent en retour, au sein desquels l'Antiquité et le Moyen Âge jouent des rôles dont la diversité et les contradictions peuvent également être analysées.

Les auteur·rice·s sont invité·e·s à s'interroger sur les usages poli­tiques récents du passé antique et médiéval, depuis le début du xxie siècle jusqu'à l'actualité la plus immédiate. Tous les domaines pourront être abordés, ainsi que tous les médias : les campagnes politiques (affiches, discours, propagande électorale, usages des réseaux sociaux), les discours internationalistes, nationalistes ou séparatistes (par exemple, le choc des civilisations illustré par la bataille des Thermopyles ou un roman national puisant dans des fantasmes historiques ses motifs ou ses combats), la propagande terroriste (comme Daesh à Palmyre, l'invasion du Capitole par les partisans de D. Trump ou les attentats de Christchurch), les réflexions sur la société et ses valeurs (écologie, usages par des minorités, conservatisme, féminisme, afrocentrisme, etc.). Les articles écrits à plusieurs mains, notamment dans des perspectives qui croiseraient les périodes et/ou les disciplines, seront favorablement accueillis.

Calendrier

20 janvier 2023 : proposition facultative de résumés

20 juin 2023 : date limite de soumission des articles complets

Décembre 2023 : parution du numéro

Modalités de soumission

Les auteur·rice·s adresseront leur contribution par e-mail à frontiere-s@msh‑lse.fr en précisant leur statut et leur organisme de rattachement. Les contributions prendront la forme d'un texte en français ou en anglais comptant jusqu'à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1 200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Les auteur·rice·s qui le souhaitent peuvent soumettre dans un pre­mier temps un résumé accompagné de références bibliographiques 5 mois avant la date limite de soumission

Plus d'informations...

 

Organisation : Florian Besson (Actuel Moyen Âge), Pauline Ducret (Arscan) et Fabien Bièvre-Perrin (HisCAnt-MA)
Contact : frontiere-s@msh‑lse.fr

Source : Frontière·s, Revue d'archéologie, histoire & histoire de l'art