Éros et filiation : le cas d’Aphrodite-Vénus

Envoyer Imprimer

Éros et filiation : le cas d'Aphrodite-Vénus

Jeudi 24 et vendredi 25 novembre 2011

Appel à contributions
Date limite : 31 janvier 2011


Colloque organisé par Pascale Auraix-Jonchière et Hélène Vial

Centre de recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS)
Programme « Sociopoétique des mythes »
Programme Pluri-Formations « Filiations mythiques : hostilités, violences, perversions » (2008-2011)

Maison des Sciences de l'Homme de Clermont-Ferrand
4, rue Ledru - 63057 Clermont-Ferrand Cedex 1

 


Par son nom, la divinité grecque Aphrodite est consubstantiellement liée à l'écume dont elle serait née, « une écume toute particulière, note Pierre Brunel : le sperme d'Ouranos, répandu dans la mer, quand sa virilité fut fauchée par la serpe de son fils Chronos », selon la Théogonie d'Hésiode. Ce geste de révolte et de séparation, fondateur puisque indissociable de la notion même de procréation, place d'emblée la déesse sous un double signe : rupture et harmonie (le processus génésiaque étant généralement l'objet d'une double postulation — vie et mort, etc.). Or la déesse de l'amour et du désir, dont on connaît les multiples unions, entretient avec sa descendance, et en particulier avec ses fils, des relations contradictoires, qui posent exemplairement le problème de la filiation mythique.

On s'intéressera dans ce contexte à deux types de filiation :
- la première, placée sous le signe de la dissonance : on pense à Hermaphrodite, fruit de l'union avec Hermès (et dont Ovide raconte dans les Métamorphoses la douloureuse histoire, marquée par l'intervention finale, à la fois réparatrice et maléfique, du couple parental divin), ou encore à Priape, fils de Dionysos (l'autre enfant de cette union étant, de manière significative, Hyménée, divinité du mariage) ;
- la seconde, placée sous le signe de l'ambivalence, qu'il s'agisse d'Énée (né des amours de la déesse et du mortel Anchise) ou d'Éros lui-même (qu'une tradition présente comme le fils d'Aphrodite et d'Arès et qui ne se conçoit pas sans son opposé complémentaire, Antéros) : la déesse aide Énée dans sa quête, devenant par là Aeneadum genetrix (« mère des descendants d'Énée », et de la ville de Rome), mais aussi dans ses amours avec Didon ; dans la relation plus complexe avec Éros, elle joue tour à tour le rôle d'auxiliaire et de rivale, allant jusqu'à devenir une instance punitive (comme dans l'histoire de Psyché).
L'objet du colloque est d'approfondir l'ensemble de ces variations sur la figure d'Aphrodite-Vénus envisagée dans son statut de mère, la question de la filiation étant considérée dans son rapport direct avec le principe amoureux qu'incarne pour partie la déesse. S'enracinant dans l'étude des textes antiques (pensons par exemple, pour le domaine grec, à l'Iliade, à l'Hymne homérique à Aphrodite ou à la Théogonie, et, pour le domaine latin, au De natura rerum de Lucrèce, aux Métamorphoses d'Ovide ou à L'Âne d'or d'Apulée), la réflexion s'appuiera sur un corpus aussi vaste que possible, dans une perspective diachronique. Elle prendra en compte toute la complexité de la question, avec ses enjeux mythologiques, religieux, esthétiques, mais également philosophiques et politiques (car parmi les « fils de Vénus », il faut aussi compter Romulus et Rémus, Jules César et toute la gens Iulia, et la littérature met en scène, tantôt pour en faire l'éloge, tantôt avec ironie, les ressorts et les conséquences de cette filiation).
Les actes seront publiés dans la collection « Mythographies et sociétés » des Presses Universitaires Blaise Pascal.
Comité scientifique du colloque :
- Pascale Auraix-Jonchière (professeur à l'Université Blaise Pascal)
- Charles Guittard (professeur à l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
- Liana Nissim (professeur à l'Université de Milan)
- Rémy Poignault (professeur à l'Université Blaise Pascal)
- Hélène Vial (maître de conférences à l'Université Blaise Pascal)

Les propositions de communication sont à adresser avant le 31 janvier 2011, accompagnées d'un résumé et d'un bref CV, à l'adresse suivante : Helene.VIAL[at]univ-bpclermont.fr

Source : Maison des Sciences de l'Homme de Clermont-Ferrand.

 

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification