Le Servius Danielis : bilan et perspectives

Envoyer Imprimer

Le Servius Danielis : bilan et perspectives

Revue électronique Eruditio Antiqua n.4, 2012

Appel à contributions
Date limite de livraison : septembre 2012

 



Il a fallu attendre le 19e siècle pour que les ajouts anonymes à Servius, publiés pour la première fois par Pierre Daniel en 1600, soient réellement considérés comme distincts du commentaire servien, et acquièrent un statut propre, en particulier grâce aux travaux de G. Thilo et d'E. Thomas. Au début du 20e siècle, des savants anglo-saxons y ont vu, un peu rapidement, le commentaire à Virgile, perdu, de Donat, prédécesseur de Servius. Si l'on est revenu de cette vision unitaire, le Servius Danielis demeure problématique à bien des égards : ce sera l'objectif de ce recueil d'établir un bilan de la question et de faire progresser notre connaissance de ce savoir ancien, en l'étudiant pour soi.
On s'intéressera ainsi aux problèmes posés, aujourd'hui encore, par la tradition manuscrite du Servius Danielis, ainsi qu'aux différents domaines d'érudition illustrés par les ajouts : religion, mythologie, grammaire, notes d'antiquité, citations, doctrines, variantes, etc., dans la richesse transdisciplinaire qui caractérisait déjà cet ensemble.
On s'interrogera sur les divers aspects qui distinguent Servius Danielis de Servius et des autres sources érudites de l'Antiquité (Festus, Isidore, encyclopédistes, grammairiens, commentaires divers, etc.), pour faire ressortir, autant que possible, ses spécificités et mieux mesurer sa valeur propre : méthodes de commentaire, lignes de fond ou, au contraire, variété dans l'approche et le contenu, stratification du savoir ou recherche des sources. Il s'agira aussi bien de donner des vues d'ensemble que d'analyser des interprétations particulières.

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification