Les usages du corps

Envoyer Imprimer
 
L'Atelier « Genre, Sexe, Sexualité dans les mondes grec et romain » fait partie de l'EFiGiES (Association de Jeunes Chercheuses et Chercheurs en Études Féministes, Genre et Sexualités) qui vise à créer de la solidarité entre étudiant-e-s, doctorant-e-s et jeunes chercheur-e-s en études féministes, genre et sexualités à travers une mise en commun de savoirs et d'informations.

Il est ouvert à celles et ceux qui souhaiteraient communiquer leurs travaux ou leurs réflexions, aux hellénistes, latinistes, historiens, anthropologues, historiens de l’art, juristes, littéraires, que leurs réflexions orientent vers l’Antiquité. Il est en particulier destiné à toutes les étudiantes et tous les étudiants de master et de doctorat mais aussi à tous les chercheurs pour qui la problématique du genre constitue un élément d’interrogation. Il est conçu pour être un espace de dialogues, d’échanges, d’enrichissements. L’entrée est libre.

Nous invitons spécialement les enseignants à faire connaître cet atelier aux étudiants souhaitant présenter leurs travaux en cours sur la thématique proposée.
 

Créé à l’automne 2007, l’atelier d’EFiGiES consacré à l’Antiquité grecque et romaine a tenté, au cours de sa première année d’existence, de dresser un panorama des différentes perspectives adoptées par la recherche actuelle. Les échanges nous ont en particulier permis de voir comment, dans les systèmes de genre anciens, le rôle de la partition masculin-féminin est très relatif, et ne joue que combiné à d’autres critères, comme ceux du statut social et de l’âge.

Nous souhaitons, en 2008-2009, nous intéresser plus spécifiquement aux usages du corps et à la manière dont ils participent d’une construction du genre. De fait, il n’y a pas d’expression neutre du corps : rougir, parler, baisser les yeux, danser ou s’adonner à telle ou telle pratique sexuelle sont des actes marqués culturellement. Cette enquête couvrira ainsi le domaine des émotions, de la sexualité ou des gestes au sens large, et tâchera de montrer comment certains d’entre eux font l’objet d’expressions et de lectures codifiées dans l’Antiquité. En tenant compte de la nature des sources par lesquelles ces codes nous sont parvenus et du sens qu’ils prennent dans le cadre des pratiques culturelles, politiques et rituelles de la parole et de l’image, nous tenterons de définir les caractéristiques des différents systèmes « normatifs » anciens, et nous verrons comment les pratiques (réelles ou imaginées) interagissent avec les représentations du genre.

 

Les propositions peuvent être envoyées avant le 30 août 2008 à :

- Sandra Boehringer : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

- Maxime Pierre: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

 

Premier atelier :

 

Samedi 25 octobre 2008, de 14 à 16h : première séance, exposé et discussion.

 

Sandra Boehringer (Université de Strasbourg) et Maxime Pierre (Paris VII)

 

« Le cinède est-il soluble dans le genre ? »

Discussion autour de : David Halperin, Oublier Foucault. Mode d’emploi, Epel, [2002] 2005, p. 28-43 et John Winkler, Désir et contraintes en Grèce ancienne, Epel, [1990] 2003, p. 95-142.

 

Dates des ateliers suivants :

 

Samedi 22 novembre 2008, de 14 à 16h.

 

Samedi 13 décembre 2008

 

Samedi 17 janvier 2009

 

Samedi 07 février 2009

 

Samedi 21 mars 2009

 

Samedi 25 avril 2009

 

Samedi 16 mai 2009

 

Samedi 13 ou 20 juin (sous réserve)

 

 

 

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification