Vivre et penser les frontières dans le monde méditerranéen antique

Envoyer Imprimer

Vivre et penser les frontières dans le monde méditerranéen antique

Appel à contributions
Date limite : le 30 novembre 2012

 

L'objectif de ce colloque, destiné aux doctorants et aux jeunes docteurs, est de réfléchir à la notion de frontière, dans le sens le plus large du terme, et à la perception qu'en avaient les Anciens. L'intérêt d'une telle perspective consiste à confronter différents champs disciplinaires relatifs aux sciences de l'Antiquité.
Le concept de frontière pourra ainsi être entendu au sens propre comme au sens figuré : il pourra s'agir tout autant de frontières extérieures aux groupes humains – qu'elles les isolent ou les fédèrent - géographiques, sociales, culturelles, religieuses et linguistiques que de frontières intérieures aux groupes humains, entre communautés, sexes ou origines…
Par ailleurs, le concept de frontière suppose une discrimination entre des espaces ou des individus qui pourra être interrogée avec profit, selon que cette zone frontalière est réelle ou figurée. Véritable interface, la frontière implique, en effet, différentes modalités de coexistence.
Nous proposons quelques pistes de réflexion, sans aucune exclusive :

1. Définir la frontière
Il peut être fécond d'enquêter sur le lexique qui désigne la frontière et sur les outils conceptuels et philosophiques dont se servaient les Anciens pour représenter la frontière. On pourra aussi s'interroger sur la représentation formelle qu'on se faisait dans l'Antiquité de la frontière et sur les critères qui participent à sa détermination sur le plan archéologique ou historique. Les représentations et matérialisations de la frontière, à l'image des horoi ou du limes, permettent de réfléchir aux principes de coupure, de barrière ou de rupture. La définition de la frontière passe également par une réflexion sur les principes sociaux, politiques et juridiques qui régissent la frontière.

2. Respecter ou franchir la frontière ?
Concevoir la frontière comme limite induit la question de son respect ou de sa transgression. S'opposent alors les concepts de frontière hermétique et de frontière poreuse. La contestation de la frontière s'accomplit selon des modalités variées : acculturation, échanges économiques, interférences religieuses ou linguistiques qui traduisent des influences, des échanges réciproques. Les guerres, enfin, permettent d'interroger la réalité de la frontière et de sa représentation. La frontière apparaît alors comme une dynamique de conflits et d'échanges. Elle n'est plus seulement une séparation, elle devient un mode de contact, de relation. On peut alors s'interroger sur le statut du voyage dans l'Antiquité ainsi que sur la naissance ou non d'une forme de « globalisation » dans l'Antiquité.

3. Façonner les identités : la frontière et l'altérité
A travers la confrontation avec l'autre se construit un certain nombre de pratiques et de modes de représentation. La frontière peut alors être perçue comme une dynamique créatrice d'identité(s). On pourra s'intéresser aux phénomènes d'interculturalité mais aussi aux facteurs de résistance.
Il pourrait être intéressant de comparer les aires d'influence culturelle ou linguistique avec les territoires où s'exerce effectivement une souveraineté politique donnée, de voir comment le rattachement à une communauté permet de déplacer les frontières. Enfin, la notion de frontière peut également être interrogée au sein de groupes humains: en quoi est-elle vecteur de réflexion identitaire ?


Le colloque aura lieu les vendredi 28 et samedi 29 juin 2013 à l'I.N.H.A. (Institut National d'Histoire de l'Art de Paris-Sorbonne). La durée des communications est fixée à 30 min. Les langues retenues pour le colloque sont l'anglais et le français.
Un résumé d'une vingtaine de lignes et un curriculum vitae sont à envoyer avant le 30 novembre 2012 sous format PdF à l'adresse suivante Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .

Lieu de la manifestation : Paris IV-Sorbonne (I.N.H.A.)
Organisation : Antheia (séminaire de doctorants travaillant sur l'Antiquité, Paris IV)
Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification