La pathologie du pouvoir : vices, délits et crimes des gouvernants

Envoyer Imprimer

La pathologie du pouvoir : vices, délits et crimes des gouvernants

(Antiquité, Moyen Âge, Temps modernes)

Appel à contributions
Date limite : 15 mars 2013

 

Université de Montpellier
15 mars 2013
Colloque des 5-6 décembre 2013, organisé par le Centre d'études médiévales de Montpellier (CEMM, EA 4583)

Nos sociétés politiques contemporaines ont progressivement élaboré les principes de contrôle de l'exercice de l'autorité, à travers des filtres juridiques (la définition des abus de pouvoir et de la corruption) et des sanctions judiciaires ou politiques (le vote-sanction par les électeurs). Dans les sociétés anciennes, médiévales ou modernes, la mise en cause des dirigeants relevait d'une autre logique ; bien sûr le droit romain avait élaboré les notions de concussion et de prévarication, notions passées dans le droit médiéval et moderne ; mais les principes même de l'autorité, son immanence divine dans les régimes monarchiques, rendaient plus incertaine la mise en cause des détenteurs de l'autorité à partir de catégories juridiques classiques. Comme le disait Bernard Guenée, le seul frein à la tyrannie, perçue depuis Aristote comme forme pathologique du pouvoir d'un seul, était l'horreur que la tyrannie pouvait inspirer au monarque. C'était pour le moins une limite approximative. Le langage politique adoptait en outre une terminologie organiciste dans laquelle les pratiques abusives ou déviantes des gouvernants étaient perçues comme une forme pathologique qui nécessitait une cure. Ces formes pathologiques du pouvoir concernent aussi bien l'exercice quotidien des fonctions publiques que la vie privée des dirigeants.

 

 

Cette pathologie du politique se décline en multiples questions, au gré des sources extrêmement variées qui permettent de l'appréhender.
- la corruption des gouvernants : alors que les règles déontologiques ou éthiques autant que les frontières entre intérêt privé et intérêt public demeurent très incertaines que désigne-t-on par corruption ? Jusqu'où une société accepte-t-elle cette commixtion des intérêts publics et privés ? Y a-t-il des indices récurrents qui permettent d'identifier l'inacceptable en matière de corruption ? Si les procès politiques n'entrent pas directement en lignes de compte, on demeurera sensible aux témoignages qui illustrent ces formes jugées anormales d'abus de pouvoir, à la fois dans la vie publique et dans la vie privée.
- Alors que la littérature antique, puis les specula principum médiévaux et modernes définissent un idéal-type du gouvernant et que la littérature didactico-normative prescrit des règles de comportement, quelles sont les sources qui rendent compte de cette pathologie du pouvoir ? Le droit, à la fois dans la pratique judiciaire (que l'on pense aux Verrines de Cicéron, aux procès des grands officiers, des évêques –voire des papes-) et dans la dogmatique sera mis à contribution, mais aussi la médecine : la métaphore de la pathologie du pouvoir a-t-elle eu une signification dans la culture médicale ? Autrement dit, la médecine savante considère-t-elle que la pathologie des puissants est corrélée à leur position d'autorité ?
- Parmi les prescripteurs du politique, à côté des philosophes et juristes, les théologiens, de l'antiquité tardive à l'époque moderne, ont joué un rôle essentiel en établissant très tôt une « peccatologie » du pouvoir. Il s'agit assurément d'une des sources les plus fécondes sur l'argument pour peu que l'on définisse avec précision les séquences chronologiques et la nature des sources, d'Augustin à la seconde Scolastique et à la littérature des confesseurs. La tradition des traités théologico-moraux, les traités sur les vices ainsi que les sommes des confesseurs constituent en effet des étapes de cette intériorisation du devoir-être des gouvernants parallèles au déploiement d'un for interne qui définissait les normes comportementales légitimes. Le présent colloque souhaite mettre l'accent sur cette dimension.
La rencontre se voudrait le lieu de rencontre de spécialistes issus de champs disciplinaires variés (droit, littérature, philosophie, histoire, médecine) intéressés par cette thématique traitée sur le long terme. Elle fait suite à une journée d'étude sur le même thème tenue à Montpellier et alors recentrée sur le Moyen Âge. L'idée de ce colloque est d'élargir la réflexion à des périodes en amont et en aval du Moyen Âge pour mesurer permanences et transformations de critiques qui paraissent aussi anciennes que l'exercice du pouvoir.

Envoyer une proposition de contribution, précisant le sujet en une vingtaine de lignes à : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. avant le 15 mars 2013

Comité scientifique
Jean-Pierre Guilhembet
Cédric Giraud
Patrick Gilli

 

Source : Cornucopia

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification