Encadrer le discours, les actes et les objets rituels dans les mondes anciens

Envoyer Imprimer

Encadrer le discours, les actes et les objets rituels dans les mondes anciens

Hommage, appropriation et manipulation

Appel à contributions
Date limite : 15 avril 2013

 

7e rencontre de l'Atelier Chicago-Paris sur les religions anciennes
16 et 17 septembre 2013 au Paris Center, University of Chicago, 6 Rue Thomas Mann, 75013 Paris


Cette année la rencontre de l'« Atelier Chicago-Paris sur les religions anciennes » portera sur les phénomènes d'encadrement dans le domaine des religions antiques. Nous comprenons la notion de ‘cadre' comme un élément qui vient s'ajouter à un acte de langage, à un objet rituel ou à un édifice préexistants, qui entoure ou incorpore l'original (dans le cas d'un objet) ou ajoute une nouvelle introduction ou conclusion à des textes ou des performances qui se rencontrent à travers le temps, qu'il s'agisse d'hymnes, de processions, de cérémonies, etc.
L'action d'encadrer peut représenter une réaction positive ou une exaltation qui souligne l'importance ou le pouvoir de l'original, mais elle peut aussi altérer, réorienter ou même redéfinir l'original, et l'utiliser dans un but entièrement nouveau. Parmi les exemples possibles, on pense au remploi de la tente de Xerxès pour servir d'arrière-plan à une représentation théâtrale lors des Grandes Dionysies, ou aux nouveaux propylées que les empereurs romains ont placés à l'entrée du sanctuaire de Déméter et Koré à Éleusis ou devant les temples égyptiens traditionnels en haute Égypte. es funérailles d'Auguste offrent un autre exemple : dans ce cas une procession funéraire traditionnelle a été utilisée pour articuler une vision de l'histoire républicaine – et des ontologies particulières de diverses familles nobles – de manière à ce qu'elles culminent en la personne d'Auguste, appuyant la prétention que la famille d'Auguste avait subsumé l'État, ou que l'État se réduisait à la famille d'Auguste. a tradition ancienne de spoliation ou de remploi des textes classiques par les auteurs chrétiens est un autre exemple évident, tout comme la réinscription des hymnes et des ‘lois sacrées' dans la Grèce hellénistique et romaine.

 

Nous comptons donc sur des exposés ayant une perspective historique, qui examinent aussi bien le contexte original du texte, de la cérémonie, du bâtiment ou de l'objet de départ que les circonstances dans lesquelles il est ‘encadré' à une époque ultérieure. Ces exposés devraient être limités à 30 minutes et peuvent analyser un monument ou un texte en détail, ou discuter une pratique culturelle plus générale.

Les propositions de communication devront être envoyées avant le 15 avril 2013, accompagnées d'un résumé suffisamment substantiel pour que le comité d'organisation puisse examiner les propositions et arrêter le programme en mai 2013.

Le comité d'organisation 2013 :
Clifford C. Ando ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )
Marcello Carastro ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )
Sylvia Estienne ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )
Christopher A. Faraone ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )
François Lissarrague ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

 

 

Source : Anhima

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification