P. Jockey, Le mythe de la Grèce blanche : histoire d’un rêve occidental

Envoyer Imprimer

jockey.jpg

Philippe Jockey, Le mythe de la Grèce blanche : histoire d'un rêve occidental, Paris, 2013.

Éditeur : Belin
291 pages
ISBN : 978-2-7011-7472-3
19 €

La Grèce antique a longtemps été réputée « blanche », car l'usure du temps avait effacé les couleurs ornant sculptures et reliefs, pour ne laisser que le marbre blanc. Dès la Renaissance, on célèbre la blancheur des statues exhumées et l'on en fait des copies, blanches elles aussi.
Cet impérialisme esthétique du blanc trouvera une expression radicale dans les discours racistes exaltant la figure de l'homme occidental blanc, fils de l'Antiquité classique. Les couleurs seront dès lors la marque dégradante de l'autre, du « métèque ».
Les dernières technologies donnent les preuves incontestables de la présence de polychromie et d'or sur toute la sculpture grecque, y compris le prestigieux Parthénon, icône suprême de la « Grèce blanche ». Pourtant, il y a encore des réactions incrédules, voire dégoûtées (trop « kitsch » !), et certains archéologues continuent de passer soigneusement au kärcher les derniers témoignages du goût des anciens pour l'or et les couleurs

 

Source : Centre Camille Jullian

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification