C. Bréchet, A. Videau, R. Webb, Théories et pratiques de la fiction à l'époque impériale

Envoyer Imprimer

brchet.jpg

Christophe Bréchet, Anne Videau, Ruth Webb (éd.), Théories et pratiques de la fiction à l'époque impériale, Paris, 2013.

Éditeur : Picard
Collection : THEMAM 11
318 pages
ISBN : 9782708409408
45€

Théories et pratiques de la fiction à l'époque impériale est issu d'un constat paradoxal : l'essor, dans ce moment historique et littéraire, du roman et de multiples autres formes relevant de ce que nous appellerions fiction, sans qu'une terminologie fixe rende compte de ce phénomène complexe.
Comment les auteurs antiques la concevaient-ils donc en l'absence d'un vocabulaire unifié ? Pouvons-nous cerner dans leurs œuvres mêmes les traces d'une réflexion sur la création et la réception de mondes imaginaires ? Comment celles-ci évoluent-elles ? Quelles transformations spécifiques la révolution culturelle du christianisme, avec son exigence d'une vérité unique, leur imprime-t-elle ?
Sur ces questions, les études ici rassemblées interrogent le roman, qui a polarisé l'attention de la critique, mais aussi la variété des pratiques et des œuvres contemporaines : pratiques de la déclamation latine et du commentaire, à Homère ou à Térence, (ré)écritures épiques latines, œuvres d'une généricité originale telles les Images ou la Vie d'Apollonius de Philostrate…
À travers cet itinéraire dans la longue durée, de l'époque hellénistique à l'Antiquité tardive, et grâce à une confrontation à la théorie moderne, ce recueil ne manquera pas d'interpeller le lecteur sur l'étrangeté de cet objet apparemment si familier : la fiction.

Actes issus du colloque international organisé à l'Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense les 2 et 3 décembre 2010, par l'équipe THEMAM, Textes, histoire et monuments de l'Antiquité au Moyen âge, UMR 7041 ArScAn.

This volume addresses a paradox: the novel, along with other literary forms that can be classified as “fiction”, flourished in the Imperial Period even though there was no settled vocabulary with which this complex phenomenon could be described or discussed.

This state of affairs raises many questions. How did ancient authors conceive of fiction in the absence of a uniform vocabulary? Is it possible to detect in the works themselves traces of a reflection on the creation and reception of imaginary worlds? How do these processes of creation and reception develop over time? What is the impact of the cultural revolution represented by Christianity, with its demand for a single, unified truth, on these practices?
The studies collected together in this volume address the novel - long a focus of critical attention - within the broader context of the diverse practices and literary forms of the period: Latin declamation, the commentaries to Homer and to Terence, the (re-)writings of Latin epic, and works of indeterminate genre such as Philostratos' Imagines and Life of Apollonius.
Through its broad coverage of the long period from the Hellenistic period to Late Antiquity and its use of modern theory, this volume reveals the strangeness that lies behind the apparent familiarity of the phenomenon that is fiction and will be of interest to specialists and non-specialists alike.

 

Source : Site de l'éditeur

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification