M.-F. Guipponi-Gineste, C. Urlacher-Becht, La renaissance de l'épigramme dans la latinité tardive

Envoyer Imprimer

9782701803463-0.jpg

Marie-France Guipponi-Gineste et Céline Urlacher-Becht (éd.), La renaissance de l'épigramme dans la latinité tardive. Actes du colloque de Mulhouse (6-7 oct 2011), Strasbourg, 2013.

Éditeur : De Boccard
Collection : Collections de l'Université de Strasbourg, Études d'archéologie et d'histoire ancienne
571 pages
ISBN : 9782701803463
63 €

L'épigramme connaît, dans la latinité tardive, un succès et un renouveau tels que l'on peut parler de renaissance du genre. En effet, d'Ausone à Venance Fortunat, cette forme poétique née en Grèce et entrée depuis longtemps dans le patrimoine latin s'abstrait en partie du format de l'épigramme à pointe, imposé par Martial. Elle se diversifie en empruntant ses thèmes et ses formes à d'autres modèles - comme la tradition alexandrine - et en inventant, notamment dans le domaine chrétien, des formes nouvelles. Ce renouveau la place au coeur d'enjeux pluriels - esthétiques, sociaux, moraux et religieux.

Ce volume réunit les contributions de spécialistes de la poésie latine tardive, mais aussi de l'épigramme grecque et des grands représentants latins du genre. Il couvre tout le champ de l'intense production épigrammatique latine tardive (IVe-VIIe siècle), tant traditionnelle que chrétienne. Il explore les divers aspects littéraires de cette floraison et s'attache également aux conditions de production des textes, particulièrement aux facteurs socio-politiques, culturels et religieux qui sont à la source de la vitalité de cette forme poétique. Il offre ainsi une synthèse inédite sur la renaissance d'un genre fort révélateur de la culture de l'Antiquité tardive.

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification