Histoire Auguste, t. III.2 : Vie d'Alexandre Sévère

Envoyer Imprimer

histoire_auguste.jpg

Histoire Auguste. Tome III, 2e partie: Vie d'Alexandre Sévère. Introduction, édition critique, traduction, commentaire par Cécile Bertrand-Dagenbach. Apparat critique par Agnès Molinier-Arbo et Cécile Bertrand-Dagenbach, Paris, 2014.

Éditeur : Les Belles Lettres
Collection : Collection des universités de France
XCVIII-350 pages
ISBN : 978-2-251-01466-1
55 €


Texte le plus énigmatique de l'Antiquité tardive, l'Histoire Auguste constitue la source majeure pour notre connaissance de la période qui va de 117 (règne d'Hadrien) à 284 (règnes de Carus, Carin et Numérien). Même si la recherche actuelle s'accorde à en situer la rédaction finale dans la dernière décennie du IVe siècle ou dans les premières années du Ve, dans les milieux sénatoriaux païens de Rome, de nombreuses zones d'ombre subsistent sur les strates successives de sa rédaction, sur la transmission du texte, sur son auteur et sur sa raison d'être. Au centre du recueil, la Vie d'Alexandre Sévère, la plus longue, apparaît comme un miroir du prince reflétant les idéaux de son auteur. Empereur doté de toutes les vertus d'un bon gouvernant, à l'opposé de son prédécesseur Héliogabale, le jeune Alexandre Sévère, né en 210 et empereur de 222 à 235, apparaît surtout comme le protecteur de tous les cultes, alors que sa biographie a été rédigée après que Théodose eut fait du christianisme la religion officielle de l'empire romain en 380, au détriment progressif des cultes traditionnels. Ce n'est pas comme le témoignage de la vie d'un empereur du IIIe siècle qu'il convient de lire cette biographie, mais comme la projection sur un empereur du passé des vœux d'un groupe social, l'aristocratie restée fidèle aux anciens cultes et aux valeurs romaines, exigeant du bon prince qu'il fasse régner la paix par sa politique intérieure tout en poursuivant la politique de conquête de Rome, menant une vie privée au-dessus de tout reproche et pratiquant le syncrétisme qui fut toujours cher à la république et à l'empire romains.

Cécile Bertrand-Dagenbach, professeur de langue et littérature latines à l'Université de Lorraine, docteur en Philosophie et Lettres de l'Université de Liège, ancienne boursière de la fondation Alexandre von Humboldt au Séminaire d'Histoire ancienne de l'Université de Heidelberg, a consacré une grande partie de ses travaux à l'Histoire Auguste , parmi lesquels on peut citer une monographie « Alexandre Sévère et l'Histoire Auguste », parue dans la collection Latomus à Bruxelles en 1990.

Agnès Molinier-Arbo, ancienne élève de l'ENS, docteur en langue et littérature latines de l'Université Paris IV, maître de conférences à l'Université de Strasbourg, habilitée à diriger des recherches, a publié de nombreux travaux sur l'Histoire Auguste, parmi lesquels il faut citer son ouvrage La Vie de Commode dans l'Histoire Auguste (Nancy, 2012).


Source : Les Belles Lettres

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification