Courriel Imprimer

Tous les événements

Evénement 

Titre:
Les États généraux de l'Antiquité : quels enjeux pour demain
Quand:
28.02.2015 10.00 h - 18.00 h
Où:
Université Paris IV-Sorbonne - Paris
Catégorie:
Divers

Description

Information signalée par Marie-Karine Lhommé

 

Les États généraux de l'Antiquité : quels enjeux pour demain ?

 

Organisés par l'APLAES (Association des Professeurs de Langues Anciennes de l'Enseignement Supérieur) 
et la SOPHAU (Société des Professeurs d'Histoire Ancienne de l'Université)

Sous le haut patronage de l'Académie Française
Sous le patronage de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres 
Avec le soutien de la Fondation Simone et Cino Del Duca – Institut de France

En Sorbonne, Amphithéâtre Richelieu, le samedi 28 février 2015, de 10h à 18h

Entrée libre

10 h 00 : Accueil et introduction générale

10 h 30 – 12 h 00 : Première table ronde - L'Antiquité et l'éducation

Augustin D'Humières, Professeur agrégé de lettres classiques au lycée Jean-Vilar de Meaux (Seine et Marne), fondateur et ancien président de l'association Mêtis
Bernard Legras, Professeur d'Histoire grecque, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, vice-président CFVU-Conseil Académique
Dario Mantovani, Professeur de Droit romain à l'Université de Pavie, directeur de la revue Athenaeum et du CEDANT (Centro di studi e di ricerche sui diritti antichi)
Monique Trédé, Professeur de Langue et littérature grecques à l'École Normale Supérieure (Paris), vice-Présidente de l'association Sauvegarde des Enseignements Littéraires (SEL)

Modérateur : Maurice Sartre, Professeur émérite d'Histoire ancienne à l'Université de Tours


13 h 30 – 15 h 00 : Deuxième table ronde - L'Antiquité et la culture européenne

Barbara Cassin, Directrice de recherche au CNRS, directrice du centre Léon-Robin, présidente du Collège International de Philosophie. Philologue, helléniste, germaniste et philosophe française
Nicolas Grimal, Professeur au Collège de France (chaire Civilisation pharaonique : Archéologie, Philologie, Histoire), directeur honoraire de l'Institut Français d'archéologie Orientale – Le Caire
Györgi Karsai,Professeur de Philologie classique à l'Université de Budapest
Alain Schnapp, Professeur d'Archéologie grecque à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ancien directeur général de l'Institut national d'histoire de l'art (INHA)
Michel Zink, Professeur au Collège de France (chaire des Littératures de la France médiévale), Secrétaire perpétuel de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres

Modérateur : Jean-Noël Jeanneney, Ancien Président de la Bibliothèque Nationale de France


15 h 30 – 17 h 00 : Troisième table ronde - L'Antiquité et la recherche

Jean-Paul Demoule, Professeur de protohistoire européenne à l'Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, ancien Président de l'INRAP, membre de l'Institut Universitaire de France
Alexandre Farnoux, Professeur d'archéologie à l'Université de Paris-Sorbonne, Directeur de l'École française d'Athènes
Francis Joannès, Professeur d'Histoire ancienne à l'Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne (enseignement de l'histoire mésopotamienne, des rapports Bible-Mésopotamie, et des langues anciennes du Proche-Orient), Directeur de l'Unité Archéologies et Sciences de l'Antiquité (ArScAn-UMR 7041)
Catherine Virlouvet, Professeur d'Histoire romaine à l'université d'Aix Marseille, directrice de l'École française de Rome
Arnaud Zucker,Professeur de langue et littérature grecques à l'Université de Nice Sophia Antipolis, directeur adjoint de l'unité Cultures et Environnements Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (CEPAM-UMR 7264, Nice), directeur de la revue électronique RURSUS

Modérateur : Emmanuel Laurentin, « journaliste d'histoire » à France Culture


17 h 00 – 17 h15 : Conclusions : Christophe Ono-dit-Biot, Directeur adjoint de la rédaction du Point et écrivain (dernier ouvrage paru : Plonger, Gallimard, grand prix du roman de l'Académie française 2014)

17h15 – 17h45 : « Poésie, musique, danse, théâtre » par la compagnie Démodocos
Direction : Philippe Brunet, Professeur de Langue et littérature grecques à l'Université de Rouen


Programme complet

Nos deux associations, qui placent l’Antiquité au cœur de leurs activités, l’APLAES (Association des Professeurs de Langues Anciennes de l'Enseignement Supérieur) et la SOPHAU (Société des Professeurs d’Histoire Ancienne de l’Université), ont décidé d'organiser un événement médiatique sur la place de l’Antiquité dans notre société :

Les États généraux de l’Antiquité : quels enjeux pour demain ?

Pourquoi des États généraux de l'Antiquité ? Pour poser la question de la place de l’Antiquité en France et en Europe dans ces trois domaines : culture, formation, recherche, et pour qu’en apparaissent clairement les enjeux.

« Nous autres civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles. »

En 1924, au lendemain du premier conflit mondial, Paul Valéry se demandait déjà si l’Europe allait conserver sa prééminence mondiale dans tous les domaines ou si elle n’occuperait pas plutôt la place que la géographie lui assigne : « un petit cap du continent asiatique ». Revenant à l’Antiquité, il considérait « comme européens tous les peuples qui ont subi au cours de l’histoire les trois influences » que sont Rome, le christianisme et la Grèce[1].

Aujourd’hui, en 2015, nous savons que le temps tisse les civilisations dans un perpétuel mouvement et qu’elles se nourrissent les unes des autres. Ce mouvement de renouveau existe dans la mesure où le présent et l’avenir se nourrissent du passé. C’est pourquoi l’Antiquité proche-orientale, grecque et romaine est non seulement aux origines mais aussi au cœur de notre civilisation européenne, comme un terreau fertile, ce que nous voulons affirmer haut et fort dans une expression commune des historiens, des linguistes, des archéologues, des juristes et des spécialistes de la pensée et des littératures anciennes.

Ces enjeux seront débattus au cours de trois tables rondes : sur l'Antiquité et l'éducation, sur l'Antiquité et la culture européenne au XXIe siècle et sur l'Antiquité et la recherche.

L’Antiquité est malmenée dans les programmes scolaires et la formation des citoyens, menacée dans la recherche. Et pourtant, les références aux modèles antiques irriguent la littérature, la philosophie et l'art occidental, jusqu'aux arts plus récents que sont le cinéma, la télévision, ou la bande dessinée. Elles sont omniprésentes sur internet, dans les jeux, dans la publicité et irriguent notre imaginaire. L’Antiquité reste à la page dans des formes d’expressions nouvelles. En effet,

« Avoir été c’est une condition pour être… » (Fernand Braudel[2])


Rendez-vous en Sorbonne le samedi 28 février 2015.

D'ici là, vous avez la possibilité de poser vos questions pour chacune des tables rondes. Ces questions seront relayées à nos invité(e)s le 28 février 2015. Le jour même, après chaque débat, nous laisserons également un temps de parole à la salle afin que tout un chacun puissent encore interroger nos intervenants.


Exprimez-vous ! Cliquez sur l'onglet : Posez vos questions


[1] Paul Valéry, « Note (ou L’Européen) » première publication en 1924 dans la Revue Universelle, repris dans Variété I, Essais quasi politiques, « La crise de l’esprit », Paris, Gallimard, 1957, p. 988-1014.

[2] Fernand Braudel, La Méditerranée, Paris, Flammarion, 1985, p. 8.

Source : Blog des EGA

Lieu

Carte
Localisation:
Université Paris IV-Sorbonne   -   Site internet
Route/rue:
1, rue Victor Cousin
Code postal:
75005
Localité/ville:
Paris
Pays:
Pays: fr

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification