Courriel Imprimer

Tous les événements

Evénement 

Titre:
Mémoires en scène
Quand:
22.11.2017 - 23.11.2017 14.00 h - 16.30 h
Où:
Université Paul Valéry - Montpellier III - Montpellier
Catégorie:
Colloques, journées d'études

Description

Mémoires en scène. Incarnation et matérialisation du passé dans le théâtre grec et latin

Sur une scène de théâtre, comment montre-t-on le passé ? Une représentation dramatique est inscrite dans une durée donnée, qui suppose un avant non porté à la scène. Mais cet avant est indissolublement lié au présent de l’action scénique, il conditionne une situation de départ, hante les personnages, résout pour eux certaines énigmes… Comment ce passé s’incarne-il sur la scène ? Ces journées d’études se proposent d’étudier les personnages et les objets qui, au théâtre, portent la mémoire, qui donnent corps au passé. Pour qu’une reconnaissance soit possible, par exemple, il faut nécessairement qu’une des parties en présence se souvienne, quand, pour l’autre ou les autres, le passé reste obscur (dans l’Electre d’Euripide, c’est le vieux serviteur qui reconnaît Oreste à sa cicatrice, second épisode, v. 487 sq), à moins que chacun ait en mémoire un passé différent : lorsque Ménélas et Hélène se retrouvent, dans l’Hélène d’Euripide, Ménélas narre les événements qu’il vient de vivre à Troie et Hélène ceux qu’elle a vécus de son côté. Les deux séries ne se recoupent pas, puisque c’est le fantôme d’Hélène, et non Hélène elle-même, qui se trouvait à Troie (troisième épisode, v. 528 sq).

Dans ce cadre, on pourra s’intéresser à la typologie des figures et objets de mémoire au théâtre : y a-t-il un type de personnages qui se souvient plus qu’un autre ? Les nourrices, les bergers, les pédagogues semblent par exemple des supports de mémoire privilégiés. On pourra aussi s’interroger sur le rôle du chœur, dans la tragédie. De même, quels sont les objets, les traces, qui portent la mémoire et comment prennent-ils sens ? Dans le Rudens de Plaute, par exemple, si la jeune héroïne, Palestra, est capable d’énumérer de mémoire tous les objets contenus dans la cassette qui lui a été dérobée, ces objets eux-mêmes sont pour elle tout à fait dépourvus de sens. C’est un autre personnage qui saura les interpréter, Démonès, le vieillard qui se reconnaît alors pour le père de la jeune fille (v. 1132 sq). Pour l’Électre de Sophocle, l’urne qu’elle porte matérialise le souvenir de son frère Oreste, qu’elle croit mort.

En ce qui concerne les personnages supports de mémoire, on pourra s’interroger sur leurs fonctions. Sont-elles d’ordre dramatique, dramaturgique, moral ? À ce dernier égard, on note par exemple que la nourrice de la Phèdre de Sénèque rappelle le passé afin d’en tirer des leçons et d’éviter à Phèdre de commettre les mêmes erreurs que les membres de sa famille (memorque matris metue concubitus nouos, v. 170 : « Souviens-toi de ta mère, redoute des accouplements inouïs »). Les personnages-mémoire ont-ils des stratégies ? Lorsqu’ils se souviennent, disent-ils bien tout ? Passent-ils au contraire sous silence des pans du passé, dans une intention donnée ? Différentes mémoires s’affrontent-elles, incarnées par différents personnages ?

On pourra enfin se demander comment ces figures de la mémoire sollicitent la mémoire du public, auquel elles s’adressent évidemment, dans le temps court de la représentation d’une pièce (pourquoi, au cours du Rudens, ce rappel incessant du naufrage subi par les personnages avant le début de la pièce ?) comme dans le temps long de l’expérience des spectacles, de la fréquentation des mythes, qui implique souvenirs de l’épopée, de la tradition orale…

Lieu

Carte
Localisation:
Université Paul Valéry - Montpellier III   -   Site internet
Route/rue:
route de Mende
Code postal:
34199
Localité/ville:
Montpellier
Pays:
Pays: fr

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification