Archives 2007-08

Envoyer Imprimer

Archives du séminaire "Pensée et modes de pensée à Rome" (2007-2008)

NB : Les actes du séminaire ont été publiés dans l'ouvrage de R. Alexandre, C. Guérin, M. Jacotot (éd.), Rubor et Pudor. Vivre et penser la honte dans la Rome ancienne, Paris, Editions Rue d'Ulm, 2012.

Cliquez sur l'élément que vous souhaitez afficher :

Thème de 2007-2008 : la honte.

Nous abordons, durant l’année 2007-2008, le thème de la honte, qui s’inscrit dans les trois domaines auxquels nous avons choisi de nous attacher. La honte est en effet un objet d’élaboration savante, présent chez les philosophes comme chez les rhéteurs, les physiognomonistes ou les juristes. Mais elle est tout autant un objet littéraire et idéologique. Liée à des formes d’ostracisme social, elle représente enfin une composante essentielle de la vie collective romaine. Différentes pistes de recherche peuvent alors être dessinées : la honte est-elle à Rome un objet de pensée véritablement homogène ? La variété des unités lexicales correspondant à la notion moderne de honte (pudor principalement, mais aussi dedecus, infamia, probrum…) est-elle l’indice d’une irréductible diversité ? La honte représente-t-elle un phénomène social extériorisé, qui reposerait uniquement sur le regard de l’autre, ou implique-t-elle certaines formes d’intériorisation éthique ? Enfin, bien qu’elle soit pensée intuitivement comme un phénomène de souffrance individuelle, la honte ne peut-elle être abordée d’un point de vue collectif comme un outil d’intégration de la contrainte sociale ?

Différentes pistes de recherche peuvent être dessinées :

1. La honte est-elle à Rome un objet véritablement homogène ? La honte théorisée par les philosophes, représentée par les poètes et ressentie par le simple citoyen est-elle identique dans chacun des cas, ou y a-t-il lieu d’opérer des distinctions entre ces diverses manifestations ?

2. Il est à remarquer, en outre, qu’il n’y a pas en latin de terme absolument identique à celui de « honte », et que la notion telle que nous l’entendons se trouve éclatée en différentes unités lexicales (pudor principalement, mais aussi dedecus, infamia, probrum…). Une étude onomasiologique est donc indispensable, afin de déterminer s’il est ou non légitime de considérer que ce que les modernes appellent la honte correspond à une réalité romaine unique. Si ce n’est pas le cas, peut-on constituer ces différentes réalités en objet unique, ou doit-on préserver la diversité de ces éléments ?

3. E. R. Dodds, dans sa distinction des cultures de la honte et des cultures de la culpabilité (The Greeks and the Irrational, 1951) soulève un problème qui traverse en fait la notion même de honte : celui de l’intériorité. La honte est-elle à Rome un fait social extériorisé, qui repose dans le regard de l’autre sur soi ? Ou représente-t-elle un phénomène éthique intériorisé (la honte de soi) ? Les deux ont pu coexister, voire se succéder.

4. Enfin, la honte est fréquemment pensée comme une réalité négative, un sentiment désagréable, s'accompagnant d'une gêne physique. Mais elle recèle également un aspect positif, celui de la retenue (que dénote d'ailleurs le terme de pudor) et de l'intériorisation de la contrainte sociale. Nous aurons à examiner comment la honte a pu être également pensée comme un phénomène positif, préservant, par exemple de l'audacia.

Retour en haut de page.


Programme du séminaire pour 2007-2008 :

30 novembre 2007 :

Introduction.

M. Jean-François Thomas (Montpellier III) : La lexicalisation de l'idée de honte en latin.

 

14 décembre 2007 :

Mme Florence Dupont (Paris VII) : La "honte" de l'orateur (à partir des œuvres rhétoriques de Cicéron notamment).

 

11 janvier 2008 :

Mme Jacqueline Dangel (Paris IV) : Infamis amor dans l'élégie romaine ou  l'émergence d'une  'conscience' littéraire : poiétique d'une pensée 'métaphorisée'.

 

15 février 2008 :

M. Jacques Elfassi (Metz) : De la honte classique à la honte chrétienne ? Quelques réflexions d'après l'oeuvre d'Isidore de Séville.

 

14 mars 2008

Melle Laetitia Ciccolini (Fondation Thiers) : Erubesce, caro quae Christum induisti ! Honte et conversion chez Tertullien et Cyprien.
11 avril 2008

Dr Sylvie Arnaud-Lesot : Les aspects médicaux de la honte dans le De Medicina de Celse.
16 mai 2008

Mme Annette Ruelle (FUSL - Bruxelles) : Les pratiques collectives de l'infamie à Rome :
entre droit romain et culte païen


13 juin 2008 :

M. Stéphane Benoist (Lille III) : Honte au mauvais prince, ou la construction d'un discours en miroir.

Programmes et affiches en pdf

Téléchargez le programme complet du séminaire en pdf.

Téléchargez le programme complet du séminaire en pdf (sous forme de "flyer").


Retour en haut de page
.


 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification