Publications

J.-P. De Giorgio, L'Écriture de soi à Rome. Autour de la correspondance de Cicéron

Envoyer Imprimer

collection-3471-300x462.jpg

Jean-Pierre De Giorgio, L'Écriture de soi à Rome. Autour de la correspondance de Cicéron, Bruxelles, 2015.

Éditeur : Latomus
Collection : Collection Latomus
305 pages
ISBN : 978-90-429-3238-8
51 €

La conception de soi-même à Rome n'a que peu à voir avec celle qui semble triompher à la fin du XVIIIe siècle en Europe, où l'on assiste littéralement à la naissance d'un genre promis à un grand avenir : l'autobiographie. La correspondance de Cicéron, « ego-document » de première importance, fournit un angle d'étude particulièrement intéressant à cet égard. Elle témoigne, dans le cadre d'une sociabilité fondée sur les devoirs imposés par l'amicitia, des formes et des contraintes qui présidaient à la représentation de soi-même au sein de l'élite romaine. Mais surtout, inséparable des crises de la République tardive, elle développait un discours innovant où la priorité était parfois moins l'information que l'examen du rôle adéquat à jouer. Écrire devenait alors un art de l'évaluation des circonstances et de l'acte approprié : une technique de soi, développée avec les amici docti dans un cadre privé, une des formes que pouvait prendre à Rome le souci politique de soi-même.

 

Source : Éditions Latomus

 

J.-M. Fontanier, Philosophia

Envoyer Imprimer

1423733410.jpg

Jean-Michel Fontanier, Philosophia, Rennes, 2015.

Éditeur : Presses Universitaires de Rennes
Collection : Études anciennes
312 pages
ISBN : 978-2-7535-3486-5
18 €

Ce manuel, original dans sa méthode, donne des instruments simples pour s'initier à la lecture en grec et en latin des philosophes anciens. Le lecteur découvrira, pour chacune de ces langues, une grammaire adaptée explorant les termes et expressions récurrents du langage philosophique, ainsi que des exemples et des exercices. D'autre part, un florilège de textes et leur traduction lui permettront de développer son regard critique sur les interprétations courantes des notions classiques.

 

Source : Presses universitaires de Rennes

 

Y. Berthelet, Gouverner avec les dieux

Envoyer Imprimer

22510100920040l.jpg

Yann Berthelet, Gouverner avec les dieux. Autorité, auspices et pouvoir sous la République romaine et sous Auguste, Paris, 2015.

Éditeur : Les Belles Lettres
Collection : Mondes anciens
448 pages
ISBN : 978-2-251-30001-6
27,50 €

La République romaine n'est pas sortie tout armée du crâne de Montesquieu. Loin d'être garanti par une division tripartite du pouvoir, l'équilibre des institutions reposait avant tout sur l'encadrement de la potestas des magistrats par l'auctoritas des prêtres et du Sénat. Le droit d'auspices des magistrats du peuple, hérité du prestigieux monopole auspicial de la vieille noblesse patricienne, formait le noeud gordien de l'articulation de la potestas à l'auctoritas.
Leur potestas étant conçue comme « imparfaite », les magistrats étaient en effet contraints de solliciter, au moyen des auspices, une légitimation atomisée et précaire de leurs actes publics par l'auctoritas de Jupiter. Encadrée par les détenteurs institutionnels d'auctoritas, augures et sénateurs, la prise d'auspices se trouvait ainsi au coeur des mécanismes d'autocontrôle de l'aristocratie romaine. Si Auguste respecta formellement ce socle idéologique patricien et conservateur (optimas), il en modifia radicalement la portée par ses innovations en matière de potestas et d'auspices, et par l'importance qu'il conféra à l'auctoritas du prince.

 

Source : Les Belles Lettres

 

Charles Guérin, La Voix de la vérité. Témoin et témoignage dans les tribunaux romains du Ier siècle avant J.-C.

Envoyer Imprimer

couverture.jpg

Charles Guérin, La Voix de la vérité. Témoin et témoignage dans les tribunaux romains du premier siècle avant J.-C., Paris, 2015.

Éditeur : Les Belles Lettres
Collection : Mondes Anciens
432 pages
ISBN : 978-2-251-30002-3
27,50€

Dans la Rome républicaine, un procès ne se gagnait pas seulement par le discours des accusateurs et des avocats : les témoins, interrogés par les orateurs eux-mêmes, fournissaient bien souvent le socle réel des débats. À côté des longs plaidoyers et de leurs argumentaires, le témoin, son compte rendu des faits et sa prétention au vrai présentaient aux juges d'autres modalités d'affrontement et d'autres formes de persuasion.

En reconstituant cet aspect des pratiques judiciaires à la fin du Ier siècle avant J.-C., La Voix de la vérité fait émerger des réalités juridiques, rhétoriques et idéologiques jusqu'ici négligées, et propose une perspective nouvelle sur le rapport latin à l'éloquence et au vrai.

Quelles stratégies les orateurs développaient-ils face aux témoins ? Comment ces derniers défendaient-ils leur position ? Et, surtout, comment pouvait-on les croire, eux qui n'avaient parfois ni autorité, ni prestige à faire valoir ? C'est la question de la valeur civique, et bien souvent de la romanité, que font surgir le témoin, son interrogatoire et l'appréciation de sa véracité.

Lire la suite...
 

Revue De lingua latina 11 (2015)

Envoyer Imprimer

Revue De lingua latina 11 (2015), 2015.

Numéro 11 : Le discours rapporté en latin 2/2


Numéro dirigé conjointement par F. FLECK et L. SZNAJDER
Actes du Colloque du Centre Ernout de Juin 2014 “Le discours rapporté en latin” deuxième tome

 

Lire la suite...
 

Eruditio Antiqua 6 (2014)

Envoyer Imprimer

ea.jpg

Eruditio Antiqua 6 (2014)

Revue électronique de l'érudition gréco-latine

Eruditio Antiqua est une revue électronique thématique, à comité de lecture international, dont l'objectif est de publier des travaux inédits dans les différents domaines de l'érudition gréco-latine, depuis les origines jusqu'à la période byzantine.
Elle accueille des études sur les exégèses littéraires, la lexicographie, la grammaire, le droit, la religion, la géographie, l'historiographie, la médecine, l'astronomie, la musique, les mathématiques, les sciences naturelles...
Outre ces domaines précis, des problématiques transversales s'intègrent également dans le cadre de la revue: stratifications des savoirs, transmission, enrichissement, mais aussi polémiques scientifiques ou encore problèmes d'édition de texte.
Cette revue s'insère dans les axes de recherches de l'UMR 5189 HiSoMA; elle est publiée avec la collaboration des services informatiques de la MOM.

 

 

Lire la suite...
 

Sabine Fialon et Jean Meyers, La Passio sanctae Salsae. Recherches sur une passion tardive d’Afrique du Nord.

Envoyer Imprimer

Sabine Fialon et Jean Meyers (éd.), La Passio sanctae Salsae. Recherches sur une passion tardive d'Afrique du Nord, Bordeaux, 2015.

Éditeur : Ausonius Éditions
Collection : Scripta Antiqua 72
316 pages
ISBN : 978-2-35613-130-0
25 €

La Passion de sainte Salsa, jeune chrétienne de Tipasa martyrisée pour avoir décapité une statue du dieu Draco, est restée longtemps dans l'oubli. Cette passion “épique” ou plutôt “romanesque”, datée ici des premières décennies du Ve siècle, offre pourtant un témoignage exceptionnel sur le niveau culturel de la Maurétanie Césarienne à la veille ou au moment de l'invasion vandale. L'hagiographe, doté d'un talent rare, pratique une prose d'art, maniériste et poétique, caractérisée par le mélange des genres tardif et par le “style de joaillerie”. On trouvera dans ce volume une nouvelle édition critique du texte avec une traduction annotée et une série d'articles qui étudient les restes archéologiques du culte de Salsa à Tipasa et abordent tous les aspects littéraires de l'œuvre en la comparant notamment aux Passions contemporaines de Marciana et de Fabius, qui ont souvent été attribuées au même auteur.

 
Plus d'articles...


Page 1 sur 145

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification