Publications

F. Gasparri, L'œuvre de Godefroid de Saint-Victor, I. Microcosmus

Envoyer Imprimer

srsa_16.jpg

Françoise Gasparri, L'œuvre de Godefroid de Saint-Victor, I. Microcosmus, Turnhout, 2020.

Éditeur : Brepols
Collection : Sous la règle de saint Augustin, 16
516 pages
ISBN : 978-2-503-58561-1
€ 95 (excl. tax)

Élève des écoles parisiennes vers 1145-1150, en particulier de celle d'Adam du Petit-Pont, devenu lui-même enseignant – vers 1150-1155 environ – Godefroid entre à Saint-Victor où il « se soumit à l'autorité d'un maître » qui fut Richard, avant d'y déployer une activité intellectuelle et enseignante « en prose, en vers rythmiques et métriques, et en mélismes » et de remplir la charge de bibliothécaire et liturge (armarius). Philosophe et poète (auteur d'un Fons philosophiae dédié à Étienne de Tournai), prédicateur fécond (on conserve un volume de ses sermons), orateur quasi-officiel (dans des chapitres généraux de l'Ordre victorin ou des synodes parisiens), musicien et poète dans une abbaye qui illustre le genre de la séquence liturgique, un peu artiste (il aura laissé des autoportraits), auteur d'une compilation canonique : ces talents multiples n'ont pas empêché Godefroid d'être considéré comme un auteur du second rang, dont l'œuvre n'est accessible, en des éditions dispersées, que pour une faible part. Son Microcosmus pourtant va bien au-delà, et pas seulement par sa masse, de l'opuscule de circonstance. Plus encore, Godefroid est, avec Guillaume de Saint-Thierry et Absalon de Saint-Victor, un des rares auteurs du XIIe siècle dont on possède des autographes. La découverte, après l'édition princeps de Philippe Delhaye en 1951, des autographes entiers ou partiels du Microcosmus, demandait qu'en soit reprise à nouveaux frais l'édition, en tenant compte de la transcription de Godefroid, de ses propres interventions sur son manuscrit, de sa transcription par un copiste, des repentirs de celui-ci et des nouvelles interventions de l'auteur. Un apparat critique génétique permet de rejoindre le texte de Godefroid et de baliser les étapes de son émergence.

Lire la suite...
 

J. Hernández Lobato et Ó. Prieto Domínguez (éd.), Literature Squared. Self-Reflexivity in Late Antique Literature

Envoyer Imprimer

stta_18.jpg

Jesús Hernández Lobato et Óscar Prieto Domínguez (éd.), Literature Squared. Self-Reflexivity in Late Antique Literature, Turnhout, 2020.

Éditeur : Brepols
Collection : Studi et Testi Tardoantichi. Profane and Christian Culture in Late Antiquity
314 pages
ISBN : 978-2-503-58652-6
€ 75 excl. vat

A pioneering collection of studies on notions and uses of self-reflexivity in late antique literature
This collection of essays focuses on a crucial aspect of late antique thought and literature that has hitherto largely been neglected: its self-reflexivity, i.e. its unprecedented ability to make language and literature into its main and often its only subject matter. Adopting a variety of perspectives and methodologies, the essays included in this volume approach the notion of self-reflexivity in two main ways. On the one hand (literature as a reflection of literature), it implies a self-conscious reflection of preceding literary models, which are creatively mirrored in new but intrinsically 'derivative' works of art, taking the form of remakes, parodies, homages, commentaries, retellings, centos, paraphrases, allegorizations, and more or less free 're-enactments'. On the other hand (literature as reflection on literature), the term also implies a self-questioning reflection on the literary work and the very concepts of language and literature, thus referring to its own artificiality or contrivance while opening up all sorts of theoretical discussions of the mechanisms, the conventions, and even the relevance of linguistic and literary representation.

Lire la suite...
 

G. Dinkova Bruun, Catalogus Translationum et Commentariorum, XIII. Ancient Greek Sophists, Publius Papinius Statius

Envoyer Imprimer

ctc_13.jpg

G. Dinkova Bruun, Catalogus Translationum et Commentariorum, XIII. Ancient Greek Sophists, Publius Papinius Statius, Toronto, Ontario, 2020.

Éditeur : Pontifical Institute of Mediaeval Studies
xxxix + 364 pages
ISBN : 978-0-88844-953-5
€ 95 (excl. tax)

Founded in 1946 by Paul Oskar Kristeller, the Catalogus Translationum et Commentariorum has become an indispensable research tool for scholars interested in the history of the classical tradition in the West during the Middle Ages and the Renaissance. Each article treats a separate classical author, beginning with a detailed essay on the author's reception from antiquity to A.D. 1600 and, in some cases, even up to the present day. This 'Fortuna' is followed by a comprehensive list both of manuscript and printed commentaries on each Latin author and, in the case of Greek authors, a list of Latin translations as well.

Lire la suite...
 

Augustin, De immortalitate animae

Envoyer Imprimer

de_immortalitate_animae.jpg

Augustin, De immortalitate animae. Zweisprachige Ausgabe. Eingeleitet, übersetzt und kommentiert von Christian Tornau. Mit Beiträgen von Giovanni Catapano, Emmanuel Bermon,Lenka Karfíková und Giuseppe Balido, Paderborn, 2020.

Éditeur : Ferdinand Schöningh
Collection : Augustinus Opera - Werke, 7
495 pages
ISBN : 978-3-506-71024-6
99 €


Augustins schwierige philosophisch-theologische Frühschrift über die Unsterblichkeit der Seele wird hier in neuer Übersetzung und mit ausführlicher philosophiehistorischer Einleitung und analytischem Kommentar vorgelegt.
Mit De immortalitate animae nimmt Augustinus die seit Platon in der antiken Philosophie kontrovers diskutierte Frage der Unsterblichkeit der Seele auf und beantwortet sie unter Benutzung neuplatonischer Denkmittel positiv, indem er eine unauflösliche Verbindung der Seele zu ihrem Prinzip, Gott, zu erweisen versucht. Christian Tornau legt einen durchgesehenen kritischen Text und eine neue Übersetzung der Schrift vor und erläutert ausführlich ihre argumentative Struktur, ihr Verhältnis zu den Soliloquia und ihren Platz in der platonischen und christlichen Tradition.

 

Source : Ferdinand Schöningh

 

P. Chiron et B. Sans (éd.), Les progymnasmata en pratique, de l’Antiquité à nos jours

Envoyer Imprimer

Pierre Chiron et Benoît Sans (éd.), Les progymnasmata en pratique, de l'Antiquité à nos jours, Paris, 2020.

Éditeur : Editions Rue D'Ulm
Collection : Études de littérature ancienne
558 pages
ISBN : ISBN-978-2-7288-0676-8
30 €

Les progymnasmata (exercices préparatoires de rhétorique) sont un ensemble de formes du discours considérées comme fondamentales et complémentaires : dans la liste la plus répandue (celle d'Aphthonios), ils sont au nombre de douze : la fable, le récit, la chrie, la maxime, la contestation (et la confirmation), le lieu commun, l'éloge (et le blâme), le parallèle, l'éthopée, la description, la thèse et la proposition de loi.
Organisés en série progressive, complétés par des exercices d'accompagnement (lecture, audition, paraphrase...) et une large gamme de manipulations, leur apprentissage méthodique, à l'oral et à l'écrit, permettait aux adolescents de perfectionner leurs compétences linguistiques et de développer les aptitudes expressives et argumentatives nécessaires à leur vie culturelle, sociale et politique.

Lire la suite...
 

Ph. Hoffmann et A. Timotin (éd.), Théories et pratiques de la prière à la fin de l’Antiquité

Envoyer Imprimer

hoffmann.jpg

Philippe Hoffmann et Andrei Timotin (éd.), Théories et pratiques de la prière à la fin de l'Antiquité, Turnhout, 2020.

Éditeur : Brepols
Collection : Bibliothèque de l'Ecole des Hautes Etudes, Sciences Religieuses (BEHE 185)
398 pages
ISBN : 978-2-503-58903-9
75 €

Ce livre étudie les différents modes de rapport entre les théories et les pratiques de la prière à la fin de l'Antiquité dans un cadre interdisciplinaire qui réunit des spécialistes de l'histoire religieuse des mondes grec et romain, de la philosophie religieuse tardo-antique et de la littérature patristique.

La prière est, à la fin de l'Antiquité, non seulement un élément essentiel de la pratique religieuse, publique et privée, mais aussi un objet éminent de réflexion philosophique et théologique, aussi bien au sein de la religion gréco-romaine que dans le christianisme. Les différents modes de rapport entre les théories et les pratiques de la prière forment ainsi la matière de ce livre, qui réunit quatorze contributions (suivies d'un épilogue) consacrées aux diverses facettes d'une interaction multiforme qui rend nécessaire la collaboration des spécialistes de différentes disciplines : histoire religieuse des mondes grec et romain, philosophie religieuse tardo-antique et littérature patristique. Cette collaboration se reflète dans un ensemble de questions qui traversent les contributions réunies dans ce volume : le lexique de la prière ; la tension entre ses dimensions personnelle et publique ; le contexte rituel des prières ; la géographie de la prière, donnant lieu à une tension entre les prières liées à un espace précis et les prières à caractère universel ; le lien entre prière et affectivité, celle des dieux, mais aussi celle des orants ; la polarité entre la prière vocale et la prière silencieuse, à la fois dans les milieux chrétiens et païens.

Lire la suite...
 

Camenae n°25bis - juin 2020 - Masques et coronamasques

Envoyer Imprimer

masques_et_coronamasques.jpeg

Camenae n°25bis - juin 2020 - Masques et coronamasques. Écrits de confinement rassemblés par Virginie Leroux avec la complicité de Max Engammare, Anne-Pascale Pouey-Mounou et Jean Vignes.


Revue en ligne, ISSN 2102-5541


Ce recueil tire son origine du désir d'un jeune citoyen helvète, Thomas von Kaenel, de commémorer le triste incendie de Notre-Dame, en un beau poème latin, composé en strophes asclépiades A. Au moment où ce poème me parvint, fin mars, en plein confinement, Max Engammare et Jean Vignes publiaient sur le site de Droz de séduisants pastiches, tandis que le chœur de l'Université de Grenade entonnait le Gaudeamus de resistencia, adapté par notre collègue métricien Jesús Luque Moreno. J'étais moi-même en train de préparer, avec Anne Bouscharain, le numéro 25 de la revue Camenae, dirigé par Sandra Provini et consacré à Michel d'Amboise. Germa donc l'idée d'un supplément poétique qui prit forme grâce à l'enthousiasme de Max Engammare, de Jean Vignes et d'Anne-Pascale Pouey-Mounou. Je remercie très chaleureusement les étudiants de mon séminaire de l'École Pratique des Hautes Études, les amis et les collègues qui ont participé à ce numéro pour les rires, sourires, fous rires et étonnements admiratifs qu'ils m'ont procurés et espère que les lecteurs goûteront avec la même jubilation que moi ces jeux et badinages.

Virginie Leroux

Lire la suite...
 


Page 1 sur 124

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification