Publications

J. N. Adams, An Anthology of Informal Latin, 200 BC–AD 900

Envoyer Imprimer

9781107039773.jpg

James Noel Adams, An Anthology of Informal Latin, 200 BC–AD 900. Fifty Texts with Translations and Linguistic Commentary, Cambridge-New York, 2016.

Éditeur : Cambridge University Press
728 pages
ISBN : 9781107039773
120 £

This book contains over fifty passages of Latin from 200 BC to AD 900, each with translation and linguistic commentary. It is not intended as an elementary reader (though suitable for university courses), but as an illustrative history of Latin covering more than a millennium, with almost every century represented. Conventional histories cite constructions out of context, whereas this work gives a sense of the period, genre, stylistic aims and idiosyncrasies of specific passages. 'Informal' texts, particularly if they portray talk, reflect linguistic variety and change better than texts adhering to classicising norms. Some of the texts are recent discoveries or little known. Writing tablets are well represented, as are literary and technical texts down to the early medieval period, when striking changes appear. The commentaries identify innovations, discontinuities and phenomena of long duration. Readers will learn much about the diversity and development of Latin.

 

Source : Cambridge University Press

 

G. Flamerie de Lachapelle, Suétone. Vies

Envoyer Imprimer

22510100551890m.jpg

Guillaume Flamerie de Lachapelle, Suétone. Vies, Paris, 2016.

Éditeur : Les Belles Lettres
Collection : Editio minor
LIV, 460 pages
ISBN : 978-2-251-44618-9
45 €

Quel auteur passe en quelques pages des réformes législatives fondamentales aux diverses coucheries des empereurs, de la peinture des petits travers des grands hommes à leurs hauts faits admirables ?

Cet écrivain, à la fois grand érudit et chasseur d'anecdotes, c'est Suétone, capable aussi bien de citer scrupuleusement les archives impériales attentivement dépouillées que de se faire l'écho des racontars les plus invraisemblables. Cette variété se trouve dans la galerie des portraits, où cohabitent Auguste, génial fondateur du régime impérial, Vitellius, goinfre au règne éphémère, Néron et Domitien, rivaux en cruauté et en complexité. Greffier apparemment impassible des exploits et des bassesses de chacun dans sa politique et dans son intimité, Suétone restitue jusque dans leurs contradictions, la complexité des individus que furent les Césars, tout en poursuivant un but profondément moral et politique : ébaucher, par l'exemple ou le contre-exemple, l'image d'un prince idéal.

Source : Les Belles Lettres

 

Lire la suite...
 

M.-Th. Raepsaet-Charlier, Clarissima femina. Études d’histoire sociale des femmes de l’élite à Rome

Envoyer Imprimer

dis-9789074461832-1.jpg

Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier, Clarissima femina. Études d'histoire sociale des femmes de l'élite à Rome. Scripta varia, Bruxelles-Rome, 2016.

Éditeur : Brepols
Collection : Etudes (Institut Historique belge de Rome) (BHE 3)
ISBN : 978-90-74461-83-2

Réunis pour la première fois dans un seul et même ouvrage, les quatorze articles publiés en 1981 et 2008 par Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier, professeur émérite de l'Université libre de Bruxelles, offre au lecteur une synthèse sur les femmes appartenant à l'élite romaine, apparentées à des sénateurs et des chevaliers. Le professeur M.-Th. Raepsaet-Charlier est une spécialiste reconnue de prosographie, d'épigraphie latine et d'histoire des femmes, comme en témoigne sa Prosopographie des femmes de l'ordre sénatorial (Ier-IIe siècle) parue à Louvain en 1987 ou La femme dans la Rome antique, publié à Paris en 2001 avec D. Gourevitch.

L'éditeur, Anthony Álvarez Melero, professeur assistant à l'Université de Séville est également collaborateur scientifique auprès de la Faculté de Philosophie et Sciences sociales de l'Université libre de Bruxelles (ULB). Titulaire d'un Doctorat en histoire, arts et archéologie de l'Université libre de Bruxelles (ULB) et doctorado en historia antigua de l'Universidad de Sevilla (2010).


Source : www.brepols.net

 

H. Seng, L. G. Soares Santoprete et C. O. Tommasi (dir.), Formen und Nebenformen des Platonismus in der Spätantike

Envoyer Imprimer

formen_und_nebenformen_des_platonismus_in_der_sptantike.jpg

Helmut Seng, Luciana Gabriela Soares Santoprete et Chiara Ombretta Tommasi (dir.), Formen und Nebenformen des Platonismus in der Spätantike, Heidelberg, 2016.

Éditeur : Universitätsverlag Winter
Collection : Bibliotheca Chaldaica, 6
424 pages
ISBN : 978-3-8253-6696-4
55 €

Bezeichnend für Philosophie und Religiosität der römischen Kaiserzeit und Spätantike ist ein hohes Maß an Interaktion zwischen unterschiedlichen Richtungen. Nicht zu unterschätzen ist dabei die Bedeutung eher randständiger und oft exotisch anmutender Strömungen und Texte wie Gnosis, Hermetismus, Chaldaeische Orakel etc., die in intensiver Wechselwirkung mit den konventionelleren Spielarten insbesondere des Platonismus stehen. Ausgehend davon nehmen die Beiträge des vorliegenden Sammelbandes in den Blick, inwiefern die religiösen Veränderungen in der ‚oikoumene‘ des Mittelmeerraums durch solche Formen der Philosophie beeinflusst wurden oder umgekehrt auf diese zurückgewirkt haben.
Besonderes Augenmerk gilt Formen der Spiritualität, der Kontroverse und der Identitätsbildung in der Diskussion um die kanonische Geltung von Lehrmeinungen und autoritativen oder heiligen Texten. Zu nennen sind insbesondere die Auseinandersetzung Plotins mit der Gnosis, die Bedeutung von Orakeltexten für die Entwicklung des spätantiken Platonismus oder der Richtungskampf zwischen Porphyrios und Iamblichos. Dabei wird deutlich, wie neben Formen offener Übernahme oder Ablehnung zum Teil auch unterschwellige Rezeption zum Tragen kommt.

Lire la suite...
 

P. Tarel, Titus

Envoyer Imprimer

titus.jpg

Philippe Tarel, Titus, Paris, 2016.

Éditeur : Ellipses
408 pages
ISBN : 9782340015296
24,50 euros

Titus est une figure historique paradoxale. Son règne est court, deux ans (79-81 apr. J.-C.) mais une tradition, presque uniquement favorable, fit de lui un empereur idéal, incarnant « l'amour et les délices du genre humain ». Son nom est également attaché à l'un des monuments antiques les plus célèbres, le Colisée, qu'il a inauguré. Tout au long des époques médiévale et moderne, la culture occidentale n'a cessé d'entretenir cette image positive. En 1670, Corneille et Racine ont immortalisé ses amours avec Bérénice, tandis qu'en 1791 Mozart lui a consacré son ultime opéra, la Clémence de Titus.
Cette tradition est d'autant plus surprenante qu'elle oblitère la face sombre du personnage. Titus est d'abord, avec son père Vespasien, le responsable de la terrible répression de la guerre de Judée (68-74) et de la destruction du Temple de Jérusalem, un drame pour le peuple juif qui en entretient la mémoire depuis deux mille ans. Le fait est suffisamment rare pour être signalé : Titus est ainsi l'un des rares empereurs connu également par des textes non romains qui lui sont violemment hostiles. Par ailleurs, il participa aussi, aux côtés de son père, à la répression contre les adversaires de la dynastie flavienne qui gouvernera Rome jusqu'en 96. Enfin, son règne est marqué par une série de catastrophes dont la plus fameuse, l'éruption du Vésuve, détruisit Pompéi et Herculanum. Une telle densité d'événements concentrés sur une période aussi courte contribue également à faire de Titus un sujet historique exceptionnel.
C'est à l'étude de la naissance du « mythe Titus » que s'attache cette biographie. Elle conduit son auteur à étudier les conditions de l'arrivée au pouvoir des Flaviens à la faveur de la guerre civile qui suivit la mort de Néron, lors de la terrible « année des quatre empereurs » ainsi que la marque qu'ils ont imprimée sur l'Empire romain. Plus fondamentalement, la lecture du règne de Titus, à travers les modalités de son exercice du pouvoir, est l'occasion d'une réflexion sur l'essence du « métier d'empereur ».

 

Source : Ellipses

 

B. Robert-Boissier, Pompéi. Les doubles vies de la cité du Vésuve

Envoyer Imprimer

pompei_robert-boissier_beatrice.jpg

Béatrice Robert-Boissier, Pompéi. Les doubles vies de la cité du Vésuve, Paris, 2016.

Éditeur : Ellipses
Collection : Poche
336 pages
ISBN : 9782340014534
10 €

Pompéi, la cité mise au jour dans des conditions exceptionnelles de conservation au XVIIIe siècle, appartient désormais dans toute sa richesse à l'histoire culturelle et artistique de notre époque. Elle représente un point de référence singulier, l'horizon même d'un imaginaire allant d'Alexandre Dumas à Mark Rothko, de Théophile Gautier aux Pink Floyd, qui y ont tous vu un passage vers une autre dimension du temps et du drame humain.
Cet ouvrage se propose de retracer les différentes vies qu'a connues Pompéi, depuis l'Antiquité et sa destruction par le Vésuve un jour de 79 apr. J.-C. jusqu'à sa résurrection et son intégration progressive dans la culture moderne et contemporaine. Ce long chemin historique a permis à la cité de devenir l'un des emblèmes patrimoniaux les plus connus au monde. Instrument du pouvoir ou terrain d'expérimentation de l'archéologie naissante, symbole politique ou allégorie métaphysique, les vies de Pompéi sont toujours doubles. Vies réelles et vies rêvées se mêlent et se croisent dans cette histoire plurielle, entre archéologie et imaginaire.

 

Source : Ellipses

 

A. Pérez, La société romaine, des origines à la fin du Haut-Empire

Envoyer Imprimer

antoine-perez-la-societe-romaine-2016-1.jpg

Antoine Pérez, La société romaine, des origines à la fin du Haut-Empire, Paris, 2016.

Éditeur : Ellipses
Collection : Poche
192 p. pages
ISBN : 9782340014503
9 €

À la fois archaïque et moderne, exotique et familière, la société romaine ne se laisse pas aisément approcher. Trop souvent limité à la vision qu'avaient du monde les quelques familles qui dominaient la hiérarchie sociale, le discours des Anciens est loin d'en refléter toute la complexité. Pour dévoiler les arcanes de ce théâtre d'ombres, il faut convoquer aussi les sources – archéologiques, épigraphiques – qui nous disent l'existence des autres, de cette majorité d'hommes et de femmes que les textes ignorent parce qu'ils ne comptaient pas dans un monde nobiliaire exclusivement attaché à la dignité, au rang et au prestige. Se dessine alors, au-delà des barrières de castes, une société vivante, colorée, tout simplement humaine : elle n'est ni le stéréotype figé qu'en firent les hommes des Lumières, ni la caricature décadente que notre siècle se complut parfois à mettre en scène.
L'ambition de cet ouvrage ne saurait être d'en expliquer tous les aspects : simplement d'en esquisser l'évolution, les lignes de faîte durant le millénaire qui sépare l'agrégation des collines du Tibre, autour du Forum, de l'apogée territorial et culturel d'un empire qui confondit longtemps son destin avec celui du monde, et son peuple avec la race humaine.

 

Source : CRISES EA4424

 


Page 1 sur 61

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification