Publications

B. Delignon, N. Le Meur et O. Thévenaz (éd.), La poésie lyrique dans la cité antique. Les Odes d'Horace au miroir de la lyrique grecque archaïque

Envoyer Imprimer

1ere-lyriquevignet_0.jpg

Bénédicte Delignon, Nadine Le Meur et Olivier Thévenaz (éd.), La poésie lyrique dans la cité antique. Les Odes d'Horace au miroir de la lyrique grecque archaïque, Lyon, 2016.

Éditeur : De Boccard
Collection : CEROR
359 pages
ISBN : 978-2-36442-058-8
36 €

La cité est le contexte premier dans lequel il convient de situer la lyrique antique. En Grèce archaïque, les fonctions civiques des formes lyriques sont multiples. Dans la Rome augustéenne, le rôle politique de la poésie est également crucial et culmine lors des Jeux séculaires de 17 avant notre ère, pour lesquels Horace obtient la charge de composer un chant choral.
Attentif aux spécificités de chaque discours poétique, ainsi qu'à la diversité des cultures et des cités qui les voient naître, le présent ouvrage approfondit et affine notre perception des enjeux civiques et politiques de la lyrique. Il se focalise sur la façon dont Horace, dans les Épodes et les Odes, assume et réoriente l'héritage archaïque pour recréer une partie de ses formes dans le contexte augustéen et devenir la voix d'une Rome refondée.

Lire la suite...
 

D. Feeney, Beyond Greek. The Beginnings of Latin Literature

Envoyer Imprimer

9780674055230-lg.jpg

Denis Feeney, Beyond Greek. The Beginnings of Latin Literature, Cambridge [MA], 2016.

Éditeur : Harvard University Press
400 pages
ISBN : 9780674055230
35 $

 

Virgil, Ovid, Cicero, Horace, and other authors of ancient Rome are so firmly established in the Western canon today that the birth of Latin literature seems inevitable. Yet, Denis Feeney boldly argues, the beginnings of Latin literature were anything but inevitable. The cultural flourishing that in time produced the Aeneid, the Metamorphoses, and other Latin classics was one of the strangest events in history.

Beyond Greek traces the emergence of Latin literature from 240 to 140 BCE, beginning with Roman stage productions of plays that represented the first translations of Greek literary texts into another language. From a modern perspective, translating foreign-language literature into the vernacular seems perfectly normal. But in an ancient Mediterranean world made up of many multilingual societies with no equivalent to the text-based literature of the Greeks, literary translation was unusual if not unprecedented. Feeney shows how it allowed Romans to systematically take over Greek forms of tragedy, comedy, and epic, making them their own and giving birth to what has become known as Latin literature.

The growth of Latin literature coincides with a period of dramatic change in Roman society. The powerful but geographically confined Roman city-state of 320 BCE had conquered all of Italy just fifty years later. By the time Rome became the unquestioned dominant power in the Mediterranean over the course of the next century, its citizens could boast of having a distinct vernacular literature, as well as a historical tradition and mythology, that put them in a unique relationship with Greek culture.

Lire la suite...
 

B. Grévin et A. Mairey (éd.), Le Moyen Âge dans le texte

Envoyer Imprimer

grvin.jpg

Benoit Grévin et Aude Mairey (éd.), Le Moyen Âge dans le texte. Cinq ans d'histoire textuelle au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris, Paris, 2016.

Éditeur : Publications de la Sorbonne
Collection : Histoire ancienne et médiévale, 141
288 pages
ISBN : 978-2-85944-943-8
27 €


Le Moyen Âge dans le texte explore différentes facettes de la « nouvelle histoire textuelle » qui s'est imposée en histoire médiévale ces trente dernières années. Le livre reflète un cycle d'ateliers où se sont confrontés pendant cinq ans des chercheurs issus du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP), de France et de l'étranger, de l'Angleterre au Japon, dans une approche interdisciplinaire mettant en contact historiens, spécialistes de la littérature, linguistes et philologues. La nouvelle histoire textuelle a révolutionné le champ de l'histoire médiévale en interrogeant toutes les dimensions de la source-texte, conçue non plus comme une évidence, mais comme le terrain d'une enquête, quantitative et qualitative, devant sans cesse être renouvelée. Comment articuler les connaissances auxiliaires nécessaires à l'exploration historique du texte ? Quels jeux d'échelles adopter, et quelle philosophie de rapport à la source ? Comment replacer les textes dans leurs sociétés de création ? Cinq angles d'attaque sont présentés, permettant de réfléchir à ces problèmes : les enjeux de l'histoire des collections textuelles ; les jeux de code-switching et d'oscillation linguistique ; la Bible en tant qu'objet d'histoire textuelle ; l'absence du texte comme défi à la recherche ; enfin, les différentes approches européennes du concept d'écriture pragmatique.

Lire la suite...
 

C. Moreschini, Apuleius and the Metamorphoses of Platonism

Envoyer Imprimer

nutrix_10.jpg

Claudio Moreschini, Apuleius and the Metamorphoses of Platonism, Turnhout, 2016.

Éditeur : Brepols
Collection : Nutrix 10
420 pages
ISBN : 978-2-503-55470-9
105 €

Apuleius was a respected philosophus Platonicus in Late Antiquity and the Middle Ages. Until the middle of last century, he attracted the attention of scholars as a so-called ‘Middle Platonist' author. Then, with the rejection of the historical schema that he had been situated in (the so-called ‘school of Gaius', which we will treat shortly), his ‘brother' Alcinous was the object of studies and (even harsh) criticisms, while almost nothing more was written about Apuleius by anyone. Studies of Middle Platonism primarily accentuated the liberty of the philosophers of the 1st and 2nd centuries AD, who interpreted the doctrines of Plato without constituting a specific school. Due to this new vision of Middle Platonism, Apuleius' role was difficult to define. It is not uncommon to find that Apuleius the philosopher is completely neglected . The literary character, and especially the ‘rhetorical' nature of some of his works and of his personality have probably hurt his reputation in philosophy. These aspects of his personality have however been ever more accentuated in the last few decades within the development of studies on Second Sophistics.
Consequently not only have there been few scholars to show interest for Apuleius' philosophical doctrines, but those few who have the opportunity to almost manage his philosophical doctrines usually disregard his literary works. In this way one cannot understand the most specific aspect of his philosophy, which consists in a sort of intermingling of philosophy and literature (a typical attitude of Greek and Latin culture of the 2nd century AD), and above all, of religion and Platonism. The dichotomy between philosophy and literature that was normal in the 19th and 20th centuries therefore still persists in the case of Apuleius. Claudio Moreschini attempted in some way to fill this gap in his 1978 study on Apuleio e il Platonismo. It was obviously in vain. Accordingly, in this book he would like to reflect on the possibility of a synthesis between these two aspects.

Lire la suite...
 

M. Roques, L’essentialisme de Guillaume d’Ockham

Envoyer Imprimer

roques.jpg

Magali Roques, L'essentialisme de Guillaume d'Ockham, Paris, 2016.

Éditeur : Vrin
Collection : Études de philosophie médiévale, 104
228 pages
ISBN : 978-2-7116-2670-0
24 €

Guillaume d'Ockham (1285-1347), défenseur bien connu du nominalisme, a manifesté un intérêt soutenu pour les définitions réelles. Cet ouvrage s'efforce de reconstruire sa position sur la nature et la fonction des définitions réelles. Un examen de ce qu'est une définition réelle appelle une étude de ce qu'est une essence et de la nature du lien à poser entre l'essentiel et le nécessaire. Cet ouvrage a pour objectif de montrer que le nominalisme ne contraint pas à une position déterminée sur les essences.
Saul Kripke nous dit que l'essentiel se réduit au nécessaire. Kit Fine, par contre, affirme qu'il faut revenir à Aristote et soutenir que l'essentiel est irréductible au nécessaire. Notre examen atteste qu'une étude en histoire de la philosophie a toute sa place dans les débats contemporains. L'essentialisme de Guillaume d'Ockham incite à rendre à Aristote ce qui lui revient et à faire preuve de circonspection. En définitive, les deux positions en présence ne sont peut-être pas incompatibles.

Magali Roques est post-doctorante à la Freie Universität Berlin (Topoi) et membre associée au Centre d'Études Supérieures de la Renaissance.


Source : Vrin

 

F. Lerouxel et A.-V. Pont, Propriétaires et citoyens dans l’Orient romain

Envoyer Imprimer

proprietaires_et_citoyens_orient_romain.jpg

François Lerouxel et Anne-Valérie Pont, Propriétaires et citoyens dans l'Orient romain, Bordeaux, 2016.

Éditeur : Ausonius Éditions
Collection : Scripta antiqua
84 pages
ISBN : 978-2-35613-152-2
25 €

Ce livre rassemble quinze contributions mettant en parallèle l'histoire institutionnelle et l'histoire économique de l'Orient romain, depuis la fin de l'époque hellénistique jusqu'à l'Antiquité tardive et même au-delà. En s'interrogeant sur le rapport entre propriété foncière et fonctionnement des cités, à travers l'examen de corpus de sources de nature et d'origine variées, notamment papyrologiques et épigraphiques, il observe les changements touchant ces domaines à l'époque romaine et leurs liens, souvent laissés dans l'ombre. Les conditions économiques, fiscales et juridiques propres à l'empire romain eurent ainsi un impact local dans les relations entretenues par les cités avec les propriétaires sur leur territoire. La conclusion de l'ouvrage fait ressortir une idée essentielle : du point de vue même du pouvoir impérial, l'inégalité foncière entre propriétaires au sein du territoire civique était nécessaire au financement de la vie civique, pour que les notables puissent assumer magistratures et liturgies. Dans le même temps, elle modifie progressivement les équilibres sociaux et politiques à l'intérieur des cités et apparaît comme un facteur majeur d'évolution de ces dernières.

 

Source : Ausonius Editions

 

F. Kirbihler, Des Grecs et des Italiens à Éphèse

Envoyer Imprimer

des_grecs_et_des_italiens_a_ephese.jpg

François Kirbihler, Des Grecs et des Italiens à Éphèse. Histoire d'une intégration croisée (133 a.C.-48 p.C.), Bordeaux, 2016.

Éditeur : Ausonius Éditions
Collection : Scripta Antiqua
500 pages
ISBN : 978-2-35613-160-7
30

Cet ouvrage étudie le devenir d'une cité grecque, Éphèse, durant la période de transformations qui correspond à l'époque tardo-hellénistique et aux début du Principat. Les années entre 133 a.C. et 48 p.C. voient l'intrusion de Rome en Asie Mineure, l'acceptation par les Grecs de la domination romano-italique, et l'entrée des immigrants italiens dans les subdivisions civiques d'une ville devenue entre-temps capitale provinciale. Il s'agit donc de l'histoire d'une intégration croisée, à l'intersection de la création d'un empire « mondial » et d'une provincialisation réussie. L'ouvrage s'interroge également sur la place de Rome dans une grande cité portuaire grecque ouverte aux influences extérieures et sur l'intégration des immigrants dans la cité locale. Une cité grecque devient ainsi la ville d'Asie Mineure dans laquelle l'influence et la présence de Rome sont les plus visibles : les institutions et l'urbanisme évoluent pour traduire cette nouvelle réalité dans la vie politique locale, les pratiques religieuses ainsi que les constructions. Éphèse en sort durablement transformée.

 

Source : Ausonius Editions

 


Page 6 sur 45

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification