Publications

M. Frassetto, M. Gabriele et J. D. Hosler (éd.), Where Heaven and Earth Meet. Essays on Medieval Europe in Honor of D. F. Callahan

Envoyer Imprimer

where_heaven.jpg

Michael Frassetto, Matthew Gabriele et John D. Hosler (éd.), Where Heaven and Earth Meet. Essays on Medieval Europe in Honor of Daniel F. Callahan, Leyde, 2014.

Éditeur : Brill
Collection : Studies in the history of Christian traditions, 174
246 pages
ISBN : 978-90-04-27414-3
114 €


Where Heaven and Earth Meet is a Festschrift in honor of Daniel F. Callahan, Professor of History at the University of Delaware. It is an interdisciplinary collection that celebrates and advances research in his principal scholarly interests. One central focus is on the writings of Ademar of Chabannes and what they reveal about heresy, music, warfare, and the Peace of God in the early Middle Ages. Another is on Western religious history (ecclesiastical houses, hagiography, and papal writings), and the collection is rounded out by studies of early Islamic Jerusalem as well as Arabic numismatics. Contributing authors include Professor Callahan's former classmates, graduate students, colleagues and admirers of his research. The collection will be of interest to researchers in art history, history, musicology, and religion.

Lire la suite...
 

S. Bönisch-Meyer et alii (éd.), Nero und Domitian

Envoyer Imprimer

nero.jpg

Sophia Bönisch-Meyer, Lisa Cordes, Verena Schulz, Anne Wolsfeld et Martin Ziegert (éd.), Nero und Domitian. Mediale Diskurse der Herrscherrepräsentation im Vergleich, Tübingen, 2014.

Éditeur : Narr
Collection : Classica Monacensia, 46
VIII,-485 pages
ISBN : 978-3-8233-6813-7
88 €


Nero und Domitian, die bis heute nicht nur in der Populärkultur als mali principes gelten, sind bislang zumeist einzeln oder im Kontext ihrer eigenen Dynastien untersucht worden. Dieser Band unternimmt erstmals den Versuch, die Herrscherrepräsentation beider Kaiser im Vergleich zu analysieren. Durch eine solche komparative Herangehensweise sollen die spezifischen Profile ihrer Herrschaft, Kontinuitäten und Brüche in ihrer Repräsentation sowie Transgressionen bestehender Normen herausgearbeitet werden. Dafür werden die Darstellungen beider Kaiser in den verschiedenen Medien – in der Literatur, in Inschriften, Bildnissen und Münzen – aus der Perspektive mehrerer altertumswissenschaftlicher Fachdisziplinen betrachtet. Ziel ist es, so die verschiedenen Strategien und Praktiken ihrer Repräsentation zu untersuchen und dabei die Diskurse der neronischen und domitianischen Herrschaft nachzuzeichnen.


Source : Narr

 

P. Flobert, Grammaire comparée et variétés du latin

Envoyer Imprimer

grammaire-compare-et-varits-du-latin.jpg

Pierre Flobert, Grammaire comparée et variétés du latin. Articles revus et mis à jour (1964-2012), Genève, 2014.

Éditeur : Droz
Collection : École pratique des hautes études. Sciences historiques et philologiques. V, Hautes études médiévales et modernes, 105
XX-745 pages
ISBN : 978-2-600-01372-7
97.06 €


Ce sont quatre-vingt-dix textes de Pierre Flobert, parus entre 1964 et 2012 et d'accès souvent malaisé, qui sont aujourd'hui rassemblés en cet unique volume.
Témoins de l'activité de la chaire de philologie latine de l'Ecole pratique, seize rapports extraits des annuaires de la IVe section, obligatoirement concis, ouvrent le livre (1re partie).
Viennent ensuite soixante-quatorze articles revus et organisés autour de trois thèmes majeurs (2e partie) : les grammairiens latins de Varron à Priscien, en passant par Quintilien ou Donat, leur méthode et leurs idées, le barbarisme et le solécisme ; — la langue littéraire et non-littéraire jusqu'aux langues romanes, le latin non-conventionnel, des inscriptions archaïques aux tablettes, papyrus et graffites notamment, le style des manuels, le latin mérovingien, ou encore des questions d'étymologie et quelques caractéristiques des auteurs : en un mot, les variétés du latin ; — enfin, des références au celtique : Lugudunum, l'héritage gaulois en français, le nom des Gaulois, et des excursions dans l'ouest : les Vénelles du Cotentin et leur capitale, saint Samson de Dol rendu à l'histoire, saint Marcouf glorifié à Reims.
Une évocation de quelques grandes figures de savants conclut ce recueil dans lequel on trouvera aussi une bibliographie de Pierre Flobert et des index.

Lire la suite...
 

B. S. Hellemans (éd.), Rethinking Abelard

Envoyer Imprimer

rethinking_abelard.jpg

Babette Sophie Hellemans (éd.), Rethinking Abelard. A collection of critical essays, Leyde, 2014.

Éditeur : Brill
Collection : Brill's studies in intellectual history, 229
XI-356 pages
ISBN : 978-90-04-26270-6
129 €

Peter Abelard (1079-1142) is one of the most diversely gifted people of the Middle Ages. His letter writing, poetry, theology, logic, and ethics deal with almost every aspect of the trivium. This volume surveys his career to show how his extraordinary versatility enchanted and distressed his public. A selection of international specialists addresses the various aspects of Abelard's literary persona. The topics range from Abelard's personal history to his monastic thinking. There are essays on the letter collection, his views on love, ethical problems such as intention and suicide, his poetry and treatises written for Heloise and her nuns of the Paraclete. With its strong emphasis on interdisciplinary research, Rethinking Abelard opens up new avenues for future scholarship.

Contributors are: Michael T. Clanchy, Peter Cramer, Lesley-Anne Dyer, Juanita Feros Ruys, William Flynn, Babette Hellemans, Taina M. Holopainen, Eileen F. Kearney, Constant J. Mews, Eileen C. Sweeney, Ineke Van ‘t Spijker, Wim Verbaal, and Julian Yolles.


Source : Brill

 

N. Bériou, J.-P. Boudet et I. Rosier-Catach (éd.), Le pouvoir des mots au Moyen Âge

Envoyer Imprimer

pouvoir_des_mots.jpg

Nicole Bériou, Jean-Patrice Boudet et Irène Rosier-Catach (éd.), Le pouvoir des mots au Moyen Âge, Turnhout, 2014.

Éditeur : Brepols
Collection : Bibliothèque d'histoire culturelle du Moyen Âge, 13
601 pages
ISBN : 978-2-503-55141-8
95 €

L'idée d'un pouvoir ou d'une efficacité des paroles émerge de la lecture de sources fort différentes au Moyen Âge, qu'il s'agisse de textes doctrinaux ou d'ouvrages à vocation pratique. Ce livre se veut une confrontation la plus large possible, sur ce thème, dans une perspective d'histoire intellectuelle et anthropologique. En effet, dans les différents cas, relevant de différents domaines, de nombreuses questions transversales se posaient, au sujet des éléments qui étaient décrits comme déterminant l'efficacité de la parole (les paroles elles-mêmes, le rituel, les protagonistes). Cette efficacité faisait-elle l'objet d'un discours normatif ? Donnait-elle lieu à un discours réflexif, de la part des philosophes ou des théologiens ? L'engagement du locuteur, sa croyance, son intention, étaient-elles, comme le consentement ou la collaboration de l'auditeur, des facteurs déterminants ? Existait-il dans les paroles un pouvoir intrinsèque, ou n'étaient-elles que le vecteur d'un pouvoir venu d'ailleurs, surnaturel notamment ? Des matériaux et analyses présentés surgissent des questions qui pourront intéresser la philosophie du langage comme l'histoire ou l'anthropologie.

Lire la suite...
 

Guillaume d'Ockham, Traité sur la quantité et Traité sur le corps du Christ

Envoyer Imprimer

ockham.jpg

Guillaume d'Ockham, Traité sur la quantité et Traité sur le corps du Christ. Traduit, introduit et annoté par Magali Roques, Paris, 2014.

Éditeur : Les Belles Lettres
Collection : Sagesses médiévales, 13
LXXXVII - 336 pages
ISBN : 978-2-251-18315-2
29 €


Dans les deux traités Sur la quantité et Sur le corps du Christ, Guillaume d'Ockham (1285-1347), philosophe anglais connu pour son nominalisme, répond à des détracteurs qui l'accusent de défendre des thèses métaphysiques incompatibles avec la doctrine catholique de la présence réelle du corps du Christ dans l'hostie lors du sacrement de l'Eucharistie. Le sujet est brûlant : on lui oppose les accusations que Richard de Médiavilla (1249-1302) a portées contre Pierre de Jean Olivi (1248-1298), théologien dissident dont les écrits ont été interdits par l'ordre franciscain.
Dans ces deux écrits théologiques, dont nous proposons la première traduction depuis leur édition critique, Ockham affirme que la thèse réductionniste qu'il soutient, selon laquelle la quantité n'est pas réellement distincte de la substance ou de la qualité, est philosophiquement défendable. Plus encore, sa valeur explicative est plus grande que celle de la thèse de ses adversaires réalistes, au premier rang desquels il place Thomas d'Aquin et Jean Duns Scot. Enfin, il montre que rien, dans le Droit Canon ni dans la Bible, ne le contraint à renoncer à sa thèse réductionniste.
Ockham lègue ainsi à la postérité deux traités d'une importance cruciale pour l'histoire des sciences (sa position sur la structure du continu sera discutée jusqu'à la fin du Moyen Âge) et pour l'histoire des théologies de l'Eucharistie (son interprétation de ce sacrement sera à l'origine d'une tradition nominaliste, qui sera représentée jusqu'à Luther).

Magali Roques est docteur en philosophie, post-doctorante à la Chaire de Recherche du Canada en Théorie de la Connaissance et membre associée du Centre d'Études Supérieures de la Renaissance. Ses travaux portent sur la pensée nominaliste du Moyen Âge et de la Renaissance.


Source : Les Belles Lettres

 

J. Pucci, Augustine’s Virgilian Retreat

Envoyer Imprimer

augustine.jpg

Joseph Pucci, Augustine's Virgilian Retreat. Reading the ‘Auctores' at Cassiciacum, Turnhout, 2014.

Éditeur : Brepols
Collection : Studies and Texts, 187
XVI-192 pages
ISBN : 978-0-88844-187-4
65 €


Augustine's Virgilian Retreat historicizes Augustine's habit of turning to ancient diction through quotation. At Cassiciacum, where the goal was the development of a disciplina christiana, both pedagogy and philosophy support the articulation of a three-pronged method by which the pagan auctores represented by Virgil might be made safe for Christianity. This method is put forth in the Contra Academicos, practiced in the De beata vita, further developed in the De ordine, and defended in the Soliloquia. In the De doctrina Christiana, finally, the specifically bipolar notion of language put forth in the Soliloquia is applied to scripture and developed as a practice beholden to a charitable reader. But there is nothing to separate the reading of Virgil pursued at Cassiciacum from Augustine's charitable reading of scripture, and the more fully developed readerly model articulated in the De doctrina Christiana makes possible a recuperative reading of the Confessiones, where quotations to the auctores have been seen to be ornandi causa. On the contrary, the work pursued at Cassiciacum makes it clear that, far from disdaining or rejecting his ancient inheritance, Augustine made his first task at Cassiciacum the articulation of a method by which the auctores might be made safe for Christianity, a method that he applies in many of his works in the years leading up to the Confessiones.


Source : Brepols

 


Page 6 sur 112

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification