Publications

L. Floridi, Lucillio, Epigrammi: introduzione, testo critico, traduzione e commento

Envoyer Imprimer

9783110336504-1.jpg

Lucia Floridi, Lucillio, Epigrammi: introduzione, testo critico, traduzione e commento, Berlin-Boston, 2014.

Éditeur : De Gruyter
Collection : Texte und Kommentare
ISBN : 9783110336160
129.95 €

This is the first modern commentary devoted exclusively to the epigrams of Lucillius, a prolific Neronian poet who, in spite of being one of the most significant representatives of the Greek satirical epigram, has primarily been studied not for his own value, but for the influence he had on Martial. About 140 epigrams of his survive, mostly in book XI of the Anthology.

The volume contains an extensive introduction, a new critical text and translation, and a full literary and philological commentary. While the body of the commentary focuses on the particular, providing literary readings of individual epigrams and a line-by-line linguistic, philological, and stylistic analysis, the introduction deals with Lucillius's identity, the tradition of the text, style, themes, metrics, and cultural setting, and additionally investigates the origins and development of Greek skoptic epigram.

Particular attention is paid to the way in which Lucillius engages with the conventions of the genre, often overturning the reader's expectations. In this way, the work explores the paradox inherent to the fact thata poetic form that was by itsnature eulogistic (inscriptional epigrams were born in order to record, and thus celebrate, the dedication of an object or the death of a man) ultimately became the genre of mockery and abuse.

 

Source : De Gruyter

 

Werner Suerbaum, Nouvelle histoire de la littérature latine La littérature de l’époque archaïque (240 à 78 av. JC)

Envoyer Imprimer

nhll_1.jpg

Werner Suerbaum (éd.), Nouvelle histoire de la littérature latine La littérature de l'époque archaïque (240 à 78 av. JC) , Turnhout, 2014.

Éditeur : Brepols
Collection : Nouvelle histoire de la littérature latine, vol. 1
XLVI+ 652 pages
ISBN : 978-2-503-51836-7
€ 100 (jusqu'au 31/10/2014), € 120

La Nouvelle histoire de la littérature latine, traduction française du Handbuch der lateinischen Literatur der Antike, édité par Reinhart Herzog (†) et Peter Lebrecht Schmidt, avec la collaboration d'une trentaine de spécialistes de renom, est destinée à remplacer la Geschichte der römischen Literatur de Schanz, Hosius et Krüger, qui date à présent d'un siècle. Le Handbuch der lateinischen Literatur der Antike comprendra, quand il sera complet, huit volumes et prendra en compte la littérature latine depuis ses origines jusqu'au début du Moyen Âge. Le tome Ier, édité par Werner Suerbaum, est consacré aux origines de la littérature latine et à son développement jusqu'à la mort de Sylla (Ier siècle av. J. – C.). La version française a été réalisée par une équipe de neuf universitaires français, philologues et germanistes, sous la direction de Gérard Freyburger et François Heim, professeurs émérites à l'Université de Strasbourg.

Lire la suite...
 

Fr. Cadiou et M. Navarro Caballero, La guerre et ses traces: conflits et sociétés en Hispanie

Envoyer Imprimer

978-2-35613-096-9.jpg

François Cadiou et Milagros Navarro Caballero (éd.), La guerre et ses traces: conflits et sociétés en Hispanie… (IIIe-Ier s. a.C.), Bordeaux, 2014.

Éditeur : Ausonius Éditions
Collection : Mémoires
658 pages
ISBN : 9782356130969
70 €

Ce livre clôture un programme international de recherche consacré à l'étude des traces laissées par les conflits ayant opposé Rome aux peuples hispaniques entre 218 a.C. et l'époque augustéenne. La question centrale est celle de leur identification, à laquelle est dédiée la première section de l'ouvrage qui présente les résultats de prospections aériennes et terrestres et de fouilles nouvelles réalisées dans le cadre du programme lui-même ou par des chercheurs associés à celui-ci. Dans les deux sections suivantes, une place est ménagée à des traces plus indirectes, détectables dans les mutations à plus long terme des différentes sociétés engagées dans ces conflits. Un accent particulier est mis sur les sources numismatiques et leur utilisation. Dans la dernière section, les résultats obtenus sont mis en regard d'un certain nombre de recherches effectuées hors de la péninsule Ibérique et pour d'autres périodes chronologiques. Les vingt-sept contributions regroupées dans ce volume offrent ainsi un panorama aussi complet que possible des problèmes qui se posent aux historiens et aux archéologues lorsqu'ils cherchent à saisir, dans les paysages et dans l'évolution des sociétés, l'écho des guerres et des violences du passé lointain.


Este libro clausura un programa internacional de investigación consagrado al estudio de las huellas dejadas por los conflictos que opusieron Roma con los pueblos hispanos entre el 218 a.C. y la época augustea. La cuestión central es la identificación de dichos vestigios. En ella se ha centrado la primera sección de la obra, en la que se presentan los resultados de las prospecciones aéreas y terrestres y de las excavaciones realizadas, ya sea en el marco de dicho programa o ya sea en colaboración con el. Las dos secciones siguientes están dedicadas al análisis de huellas más indirectas, detectables al estudiar las mutaciones a más largo plazo de los diferentes grupos sociales que participaron en dichos conflictos. Se ha hecho especial hincapié en las fuentes numismáticas, sobre todo en lo que respecta a su uso. En la última sección, les resultados obtenidos son puestos en relación con investigaciones realizadas fuera de la Península Ibérica o fechadas en momentos más tardíos. Las veintisiete contribuciones agrupadas en este volumen ofrecen el panorama más completo posible de los problemas que se plantean a los historiadores y a los arqueólogos cuando buscan, en el paisaje y en la evolución de las sociedades, el eco de las guerras y de la violencia de un pasado lejano.

 

Source : Ausonius éditions

 

Fr. Bracci, La satira 11 di Giovenale: introduzione, traduzione e commento

Envoyer Imprimer

9783110369397.jpg

Francesco, Bracci, La satira 11 di Giovenale: introduzione, traduzione e commento, Berlin-Boston, 2014.

Éditeur : De Gruyter
Collection : Texte und Kommentare
v, 230 pages
ISBN : 9783110371130
79.95 €

Juvenal has long been known as the poet of indignation, a view based mainly on his early satires. His later work had been relatively overlooked until recently. The present commentary is meant to be a contribution to the reappraisal of the later part of Juvenal's career, a significant trend in the juvenalian scholarship of the last decade.

Among the topics addressed there are the relationship between Juvenal and Martial, his position within the tradition of Roman satire, his relationship with the cultural discourse of Roman moralistic literature, the intertextual links with satire 5 and the vexata quaestio of the literary or authentic nature of Juvenal's work. The author denies a strong break between the early books and the 4th and satire 11 in particular, advocating the idea of a gradual evolution rather than a radical conversion.

In the commentary the reader will find a comprehensive analysis of textual problems and stylistic features, in a historically comparative light, with early Juvenal, other satiric poets and Martial as the chief objects of comparison.
Realien are also devoted close attention. The volume will thus be a useful tool for scholars and students interested in latin satire and poetry, and also for historians of roman society in the early imperial age.

 

Source : De Gruyter

 

S. Lusnia, Creating Severan Rome. The Architecture and Self-Image of L. Septimius Severus (A.D. 193-211)

Envoyer Imprimer

collection_346.jpg

Susann S. Lusnia, Creating Severan Rome. The Architecture and Self-Image of L. Septimius Severus (A.D. 193-211) , Bruxelles, 2014.

Éditeur : Latomus
Collection : Collection Latomus
293 pages
ISBN : 2-87031-292-X
59 €

“Creating Severan Rome : The Architecture and Self-Image of L. Septimius Severus (AD 193-211)” examines the topography of Severan rome and its role in Severus' political agenda. although some elements reflect the emperor's concern for establishing his own legitimacy and the eventual succession of his sons, other aspects of the Severan program are tied to the emperor's broader programs of legal, military, and bureaucratic reforms. this book investigates major areas reshaped by Severus, e.g., the roman forum, the Campus Martius, and the Palatine, as well as individual monuments, e.g., the Septizodium, in an analysis of his building program.

 

Source : Latomus

 

V. Bonet, La pharmacopée végétale d'Occident dans l'oeuvre de Pline l'Ancien

Envoyer Imprimer

collection_346.jpg

Valérie Bonet, La pharmacopée végétale d'Occident dans l'oeuvre de Pline l'Ancien , Bruxelles, 2014.

Éditeur : Latomus
Collection : Collection Latomus
513 pages
ISBN : 2-87031-293-8
73 €

En s'appuyant sur le témoignage de Pline l'Ancien et sur la richesse de sa documentation, cet ouvrage propose un examen général de la pharmacopée végétale d'Occident et, plus généralement, des rapports entre l'homme antique et ses médicaments. On y découvre des plantes sauvages, souvent étonnantes, toujours puissantes, quelquefois dangereuses. On y rencontre des plantes ornementales domestiquées et cultivées, qui ravissent les yeux et sont efficaces dans tous les domaines thérapeutiques. Enfin, on croise des plantes alimentaires, étape ultime dans la familiarité du végétal avec l'homme, tant le passage de l'aliment au médicament est facile, grâce à de simples recettes de cuisine ou à des moyens d'action plus particuliers. En Occident, le cheminement va aussi de la plante indomptée au remède librement choisi : il met en valeur l'affirmation de la puissance humaine. Cette étude montre que, bien que souvent dépassé par sa propre médication, l'homme antique était cependant capable d'élaborer un système complexe et logique de l'utilisation des plantes. Ce système, dans lequel le hasard avait sa place sans pour autant tout régir, consacrait le rapport entre l'homme et son environnement et le reliait au monde.

 

Source : Latomus

 

J. France et J. Nelis-Clément, La statio. Archéologie d'un lieu de pouvoir dans l'empire romain

Envoyer Imprimer

978-2-35613-112-6.jpg

Jérôme France et Jocelyne Nelis-Clément, La statio. Archéologie d'un lieu de pouvoir dans l'empire romain, Bordeaux, 2014.

Éditeur : Ausonius Éditions
Collection : Scripta antiqua
358 pages
ISBN : 978-2-35613-112-6
25 €

Cet ouvrage, fruit dune réflexion collective menée par des spécialistes de plusieurs disciplines (archéologie, histoire, papyrologie, philologie, épigraphie), cherche à préciser et à mettre en évidence, autour de la notion de statio et des réalités matérielles qui s'y rattachent, les espaces fonctionnels dans lesquels s'animent les contacts entre les agents du pouvoir et les populations locales, dans les différentes régions qui constituent l'Empire romain. Les questions posées et les domaines étudiés reflètent bien la diversité et l'ampleur du champ dinvestigation : à quels types de structures font allusion le douanier se présentant comme l'agent dune statio, le militaire dédiant un monument votif au Génie de sa statio, ou les Tyriens, établis à Rome et à Pouzzoles, s'adressant à leur cité-mère pour évoquer les difficultés liées à l'entretien de leur statio ? Que sait-on du cadre et de l'implantation des réseaux des stationes dans les provinces romaines, de leur organisation, des contacts entre les agents détachés et les communautés locales ? En quoi les stationes douanières et militaires sont-elles comparables aux mansiones ou mutationes établies le long des voies de communication ? Dans ce volume, qui constitue le premier effort de synthèse consacré à lensemble de ces questions, le lecteur est convié à appréhender, à la lueur des découvertes les plus récentes, de nombreux aspects illustrant la vie de l'État romain.

This volume, the result of a collaboration between specialists from different areas (archaeology, history, papyrology, philology, epigraphy), attempts to define and present, from a focal point fixed on the concept of the statio and its physical composition, the functional spaces within which took place contacts between representatives of authority and local populations throughout the Roman Empire. The questions asked and the topics covered illustrate clearly the diversity and range of the subject: to what type of edifice is a custom's officer referring when he describes himself as operating in a statio, or a soldier dedicating a votive monument to the Genius of his statio, or the Tyrians installed in Rome or in Pozzuoli when they write to their mother city to describe the difficulties involved in assuring the up-keep of their statio? How much do we know about the context and the installation of networks of stationes in the provinces of the Empire, about their organisation and the contacts between the authorities and local inhabitants? To what extent are these military and customs out-posts comparable to the mansiones and mutationes set up throughout the road system? This study, the first attempt to offer a comprehensive study of these matters and taking into account very recent archaeological discoveries, invites readers to investigate numerous aspects of the organisation and administration of the Roman State.

 

Source : Ausonius éditions

 


Page 6 sur 121

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification