F. Guillaumont, S. Roesch, La divination dans la Rome antique. Études lexicales

roesch.jpg

François Guillaumont, Sophie Roesch (dir.), La divination dans la Rome antique. Études lexicales, Paris, 2014.

Éditeur : L'Harmattan
Collection : Kubaba
150 pages
ISBN : 978- 2-343-04273-2
15,50€

Les Romains vivaient dans un monde peuplé de signes de la volonté des dieux. Savoir lire ces signes, par le biais de la divination, permettait aux hommes de s'assurer le succès de leurs entreprises. L'objet de ce recueil est de compléter par une approche lexicale les nombreuses publications déjà consacrées à ce domaine de la religion antique, afin de mieux définir les croyances et les pratiques divinatoires des Romains.
Les contributions recueillies ici portent aussi bien sur des lexèmes isolés que sur des champs lexicaux. Sont ainsi étudiés trois noms latins du signe : signum, « le présage » au sens large (S. Dorothée), miraculum, « l'événement prodigieux » (J. Champeaux), omen, « le présage », oral ou visuel (S. Roesch). F. Guillaumont consacre une étude au vocabulaire de l'inspiration divine chez Cicéron. B. Poulle aborde, parmi les pratiques divinatoires, les termes utilisés pour la nécromancie. Enfin, D. Briquel analyse les noms de plantes étrusques dont la liste fut transmise par Dioscoride et s'interroge sur leur éventuel rapport avec la science des haruspices.

Lire la suite...
 

Patrick Galliou et Jean-Michel Simon, Le castellum de Brest et la défense de la péninsule armoricaine au cours de l’Antiquité tardive

castellum_brest.jpg

Patrick Galliou et Jean-Michel Simon, Le castellum de Brest et la défense de la péninsule armoricaine au cours de l'Antiquité tardive, Rennes, 2015.

Éditeur : Presses Universitaires de Rennes
Collection : Archéologie et Culture
224 pages
ISBN : 978-2-7535-3400-1
26,00 €

Cette étude du castellum de Brest offre une reconstitution plausible du tracé de la fortification et de ses élévations, et montre comment elle s'intégrait dans son environnement. L'ouvrage examine également sa fonction parmi les places-fortes côtières de Gaule et de Bretagne insulaire ainsi que le rôle des élites romanisées dans son évolution.

Source : site des PUR

 

Violence in Ancient World: Sources, Structure and Interpretation

Violence in Ancient World: Sources, Structure and Interpretation

Appel à contributions
Date limite : 18 mai 2015

 

The Ancient History Commission of the Polish Historical Society and the Department of Ancient History, the University of Maria Curie-Skłodowska, Lublin, Poland, are honoured to invite for a conference in ancient history titled „Violence in Ancient World: Sources, Structure and Interpretation”. A planned, initial date of the conference is early autumn 2015 (late September/early October; the exact conference date will be given after the 18th of May 2015.).

The theme of the conference is by no means invoked by the current international situation for the primary aim of the symposium is not a comparative study since war has never been the only aspect of violence. Bridging the gaps can, however, turn out to be inspiring in the search for methodological paradigms, novel research perspectives, original context and a certain structural inquiries. For these reasons we do not try to define the phenomenon of violence in any way, opening for it every kind of space, in which it is possible to notice all sorts of forms of its expression and presence. It would be in vain to list them all, although it is worth remembering about the symbolic one, non-institutionalised, somewhat concealed and rhetorical, yet creating some of its patterns and attitudes towards them. It would be impossible to enumerate all its tools, but it is worth mentioning, for instance, rumours, invective, accusation and a literal staging of violence as part of public games. Each of these forms used specific media, starting from the chains for slaves, through the swords, and ending with philosophical reflections. It was associated with suffering, tyranny, enslavement and martyrdom. Its scale was being adjusted by laws, but the attitude towards it was also determined by ethics and morality. Its excess was terrifying (the Assyrians, Etruscans), but its absence and all kinds of antitheses (clementia Caesaris) was worrying and inspiring.

Lire la suite...
 

Vita Latina

Vita Latina

Appel à contributions
Date limite : 30 septembre 2015

 

La revue Vita Latina, qui paraît tous les ans en janvier, est ouverte, pour ses prochains numéros, à des contributions sur tout thème concernant la recherche en études anciennes (littérature, histoire, philologie, archéologie, philosophie, religion, mythologie, arts, architecture dans le monde latin), des origines à l'Antiquité tardive, avec une spécificité pour les auteurs aux programmes des Agrégations de Lettres ou de Philosophie.

Les articles peuvent être rédigés non seulement en français mais aussi, lorsque c'est la langue de travail de l'auteur, en allemand, anglais, espagnol ou italien. Ils doivent être adressés à la rédaction au plus tard le 30 septembre 2015.
Les articles soumis bénéficient d'une double expertise anonyme. Ils peuvent être envoyés au secrétariat de la Revue par voie électronique (sous format Word et PDF s'il y a du grec), à l'adresse électronique suivante : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .
Toutes les informations sur la mise en page des tapuscrits sont disponibles sur le site de la revue.

Les numéros publiés de la Revue sont disponibles sur le bouquet de revues Persée pour les parutions antérieures à 2010. 

Pour la rédaction,

Béatrice Bakhouche
Directrice de la revue

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Source : Site de la revue Vita Latina

 

Fr. Frazier, Plutarque. Vie d'Antoine

22510100940300l.jpg

Françoise Frazier (éd.), Plutarque. Vie d'Antoine, Paris, 2015.

Éditeur : Les Belles Lettres
Collection : Classiques en poche
XL, 290 pages
ISBN : 978-2-251-80231-2
13,50 €

« Grande nature » influençable et dévoyée, présentée comme « anti-modèle » par son biographe antique, « dernier Prince de l'Orient », selon un de ses biographes modernes, Antoine a inspiré à Plutarque la Vie la plus riche et la plus fascinante, qui n'a cessé, de Shakespeare à Mankiewicz, de hanter l'imaginaire occidental.
Construite d'abord, comme la Vie de son parèdre, Démétrios, sur une alternance simple d'actions militaires brillantes et de relâchements scandaleux, elle connaît, dans sa réalité comme dans son écriture, un tournant décisif avec la spectaculaire et symbolique arrivée de Cléopâtre sur le Cydnos qui draine les foules et laisse Antoine seul sur son tribunal. Alors l'espace se polarise, entre l'Occident bientôt incarné en Octavie et l'Orient de « l'Égyptienne », avec Athènes comme lieu possible de salut ; alors le temps et la maîtrise de soi échappent à l'amoureux obsédé. Vaincu de l'Histoire, asservi à une femme, il connaît encore une ultime métamorphose et, échappant à la damnatio memoriae, entre dans le mythe avec celle qu'il aime et qui l'aime pour former le couple sublime de la Reine et du Romain à jamais unis dans la mort.

 

Source : Les Belles Lettres

 

H. Zehnacker et A. Silberman, Pline l'Ancien. Histoire naturelle. Tome IV

22510100340360l.jpg

Hubert Zehnacker et Alain Silberman (éd.), Pline l'Ancien. Histoire naturelle. Tome IV, Paris, 2015.

Éditeur : Les Belles Lettres
Collection : Collection des universités de France
ISBN : 978-2-251-01469-2
65 €

Ce volume est un des derniers de l'Histoire Naturelle de Pline l'Ancien. Le livre IV appartient aux quatre livres géographiques (III-VI) et achève la description de l'Europe commencée dans le livre précédent. Pline y décrit successivement les régions de la Grèce, de la Macédoine et de la Thrace, puis les îles de la mer Égée et la partie européenne de la Mer Noire : région danubienne, côte septentrionale y compris la Tauride (l'actuelle Crimée), et plus au nord les monts Riphées et le peuple mythique des Hyperboréens. Vient ensuite une description des côtes de l'Océan, des terres qui donnent sur l'Océan et les îles : le nord de l'Europe, avec la Germanie, la Bretagne et l'Hibernie (la Grande Bretagne et l'Irlande actuelles), Thulé et les autres îles nordiques ; la Gaule chevelue (à l'exclusion de la Narbonnaise traitée dans le livre III, c'est-à-dire les trois provinces de Belgique, Lyonnaise et Aquitaine) ; la péninsule ibérique (à l'exclusion de la Bétique traitée elle aussi dans le livre III, c'est-à-dire les deux provinces de Tarraconnaise et Lusitanie). L'édition est fondée sur une nouvelle collation des sept principaux manuscrits, et suit les principes déjà utilisés dans l'édition du livre III. La préface traite en particulier des délicats problèmes de l'organisation du livre et des sources utilisées par Pline. Un commentaire abondant (mais qui ne pouvait prétendre à l'exhaustivité, en particulier dans les parties du texte concernant des provinces de l'empire romain) fournit toutes les informations nécessaires à l'identification des toponymes et à la discussion de la valeur des indications de distances. Le volume est pourvu d'indices qui en faciliteront l'utilisation.

 

Source : Les Belles Lettres

 

J.-N. Robert, Pompéi et la Campanie antique

22510100582230m.jpg

Jean-Noël Robert, Pompéi et la Campanie antique, Paris, 2015.

Éditeur : Les Belles Lettres
Collection : Guides Belles Lettres des civilisations
352 pages
ISBN : 978-2-251-41054-8
19 €

La Campanie, heureux séjour des dieux et des muses abandonné aux puissances infernales. Une terre de culture, une terre de sang mêlé, aux sources de la civilisation romaine. En 79 de notre ère, l'explosion du Vésuve a couvert d'un linceul de cendres cet écrin de nature lumineux et tranquille. À Pompéi, où le temps fut suspendu, le voyageur croit tout comprendre de la vie des Anciens.
Mais pense-t-il à se garder des illusions ? Ce guide l'invite à « relire » le quotidien de ces cités retrouvées

Source : Les Belles Lettres

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification