Appels à contribution

Xe Congrès International de la SIEN - Neronia X

Envoyer Imprimer

Xe Congrès International de la SIEN - Neronia X

Le Palatin, émergence de la colline du pouvoir à Rome, de la mort d'Auguste au règne de Vespasien, 14-79 ap. J.-C.

Appel à contributions
Date limite : 15 septembre 2015

 

Le Palatin avec le prince mais sans le palais édifié par Domitien, tel est le sujet central du Congrès. Néron semble à rebours d'un schéma préétabli d'une centralisation du pouvoir au Palatin avec une construction extensive du domaine impérial, au cœur de la cité et au-delà du Palatin, projetant sur la ville les espaces du pouvoir du prince de façon flamboyante et menaçante. Le rôle du Palatin à la chute de Néron jusqu'au retour de Vespasien souligne cependant qu'il était demeuré un lieu essentiel de l'imperium. Les travaux des Flaviens préparent un usage qui ne s'éloigne pas de cette fonction.

Le Palatin n'avait pas cette dimension à la fin de la République, sinon dans le souvenir d'une fondation royale discutée, il était devenu en pratique un quartier résidentiel et le rôle d'Auguste a été fondamental dans l'enracinement de l'imperium au Palatin. L'emprise foncière demeure cependant encore limitée à sa mort. La construction d'une dynamique princière sous les Julio-Claudiens permet l'intégration de la colline à un domaine impérial urbain en extension dans lequel elle symbolise le lieu d'exercice conventionnel du pouvoir princier.

Il s'agira donc de s'interroger sur les mutations et/ou les permanences intervenues sur le Palatin entre l'héritage laissé par Auguste et les bouleversements de Domitien, l'intégration de la colline dans l'ensemble impérial et plus largement dans le cadre urbain, ses représentations et les significations qui lui sont données. Les communications sont attendues selon trois grands axes afin d'interroger le rôle et le fonctionnement du Palatin dans l'exercice du pouvoir à Rome au début du Principat et sont ouvertes à des chercheurs de spécialités différentes.

1. Le Palatin en chantier

Cet axe permet de revenir sur les multiples modifications du paysage de la colline de la mort d'Auguste au règne de Vespasien.
• Il s'agit de faire un point des connaissances archéologiques et topographiques sur le Palatin, en présentant les découvertes et les nouvelles interrogations qui en découlent. Les projets architecturaux successifs n'empêchent pas le maintien ou le réaménagement de structures antérieures et progressivement, ou par à-coups, se constitue un paysage de la colline impériale dont on pourra étudier les différentes formes et fonctionnalités.
• L'activité édilitaire, sur le Palatin et ses abords, est incontestable pendant toute cette période. Elle a nécessité des investissements nombreux et on peut s'interroger sur les conditions techniques, économiques et sociales de ces grands chantiers. Comment sont-ils gérés, qui y participe, quels flux humains, matériels et financiers engendrent-ils ?

2. Une « cité interdite » ?

Le deuxième axe porte sur l'intégration de l'espace impérial au cœur de la Ville.
• On peut ainsi s'interroger sur les limites de cet espace, autrefois quartier résidentiel ouvert, son accessibilité ou sa fermeture, sa garde, les circulations en son sein, les différents niveaux de protection ou de surveillance intérieurs.
• La demeure est un lieu de réception. Les moments, les espaces qui y sont destinés, les personnes reçues ou interdites d'accès, les conditions dans lesquelles elles le sont et les fonctions des réceptions peuvent être l'objet de travaux. Dans quelle mesure la réception au palais est-elle utilisée comme un moyen de gouvernement, dans un cadre souvent quotidien et parfois, plus exceptionnel, comme lors des grandes festivités organisées par Néron ?
• Dans cet espace qui se distingue plus nettement de la Ville et de ses usages, on peut se demander comment s'organise la micro-société formée par la population présente sur le Palatin ? Elle compte des résidents, de différents statuts, des travailleurs ou invités extérieurs qui la fréquentent régulièrement ou ponctuellement. Elle est composée d'aristocrates, de plébéiens, de citoyens, d'affranchis, d'esclaves, de Romains, de pérégrins, d'étrangers, d'hommes et de femmes, d'enfants. Quelles sont leurs activités, leur raison d'être au Palatin, comment y vivent-ils et quelles sont les relations qui structurent l'ensemble ?

3. La « citadelle du pouvoir »

Dès le retour de Vespasien, le paysage néronien est bouleversé par le démembrement de la Domus Aurea et les nouveaux chantiers qui l'accompagnent.
• Les Flaviens ne rendent cependant pas la colline au peuple et malgré les ambiguïtés de Vespasien, qui préfère sa résidence familiale du Quirinal, le Palatin demeure le lieu d'exercice principal du pouvoir, ce que Domitien exprimera dans un nouveau projet architectural. Quelles fonctions, quelles racines du pouvoir impérial sont-elles indissociables du Palatin ?
Arx imperii, l'expression est de Tacite, à propos des derniers jours de Vitellius, réfugié et apeuré dans un Palatin abandonné. Comment la colline est-elle devenue synonyme du pouvoir et de quel type de pouvoir ? Les secrets et les rumeurs du palais, l'arbitraire ou les débauches des princes ont souvent été dénoncés. Qu'en-est-il finalement d'un pouvoir public qui se constitue, en grande partie, dans un cadre domestique complexe ? On pourra interroger les opinions des intellectuels, élogieux ou critiques, sur les liens entre l'exercice et la forme du pouvoir et ses manifestations topographiques.

Ces axes qui organisent le propos ne sont pas limitatifs et d'autres aspects peuvent être suggérés.
Les propositions de communication, d'une durée de vingt minutes, en allemand, anglais, français ou italien, sont à envoyer jusqu'au 15 septembre 2015 avec le document réponse à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .

Lieu de la manifestation : Rome (6-8 octobre 2016)
Organisation : Société internationale d'études néroniennes
Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Source : Société internationale d'études néroniennes

 

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

Envoyer Imprimer

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

Colloque Créteil 10-11 juin 2016

Appel à contributions
Date limite : 1er septembre 2015

 

Au IIe siècle apr. J.-C., le lexicographe Pollux de Naucratis s'est attaché dans son Onomasticon à réunir les termes permettant de parler d'une façon juste et belle de toutes sortes de sujets, et notamment de la cité. C'est cette section (IX, 6-50) que le séminaire Les mots grecs de la ville antique, porté depuis 2012 par l'Institut de Recherche sur l'Architecture Antique (CNRS, AMU, Université Lumière Lyon 2, UPPA) et labellisé par le labex IMU1, traduit, commente et illustre. Au travers des mots que Pollux recueille avec le désir de transmettre la tradition littéraire, se dessine une vision des villes grecques de l'Antiquité. Le désir de confronter celle-ci à d'autres conceptions du monde urbain exprimées dans la même langue est à l'origine du présent colloque qui propose de mettre les mots et les discours au coeur des études urbaines.

Lire la suite...
 

Théories et pratiques étymologiques en grec : philosophie de la langue & jeux de mots

Envoyer Imprimer

Théories et pratiques étymologiques en grec : philosophie de la langue & jeux de mots

Appel à contributions
Date limite : 15 septembre 2015

 

Ce colloque international se tiendra à la Villa Kérylos (Beaulieu sur mer) près de Nice les 18 et 19 mars 2016. Il souhaite attirer des chercheurs, principalement des philologues, des linguistes et des philosophes intéressés par la perspective étymologique des auteurs grecs (en grec ancien et byzantin, mais éventuellement aussi en grec moderne). L'ancienne conception grecque de l'étymologie est fondamentalement différente de notre conception moderne et elle a une extension beaucoup plus grande. Cela permet une exceptionnelle plasticité dans “l'analyse” des mots (comme dans le Cratyle de Platon) dans la mesure où il s'agit essentiellement de phénomènes de paronomases sémantiquement suggestives. Dans le sens où la conçoivent les anciens, l'étymologie est un processus dynamique qui vise à suggérer des corrélations sémantiques et objectives entre des mots, sur la base de similarités phonétiques. Cette approche a un énorme pouvoir heuristique et participe constamment à l'exégèse. Ce jeu intellectuel, à la fois ludique et pris très sérieux, mérite d'être étudié et considéré collectivement. Il ne s'agit ni d'une étymologie scientifique, au sens où l'entendent les linguistes modernes ni ce qu'on pourrait appeler une étymologie populaire. Il faut l'envisager plutôt comme une construction culturelle, art des associations verbales et tentative pour découvrir dans la langue de profondes motivations sémantiques. Depuis l'épopée homérique (voir Porph. ad Il. 9.1.160 : Ὁμηρικοῦ ὄντος τοῦ παρετυμολογεῖν), où elle apparaît comme un enjeu majeur de la création littéraire, la tendance à rapprocher des mots de même “origine” apparente est très répandue, bien que discrète souvent, dans la littérature. Une partie de cet esprit est encore present dans la pratique moderne, bien qu'il soit souvent considéré avec mépris. La proximité phonétique de mots dans le langage a incontestablement des effets dans la representation inconsciente du monde. La mise en rapport de mots phonétiquement proches a toujours exercé sur l'homme une grande attirance et un grand intérêt intellectuel que ce soit dans le domaine des theories linguistiques… ou des jeux de mots.

Lieu de la manifestation : Beaulieu/mer (près Nice)
Organisation : A. Zucker, A. Farnoux, E. Grasso, V. Castellana
Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Mémoires de Trajan, mémoires d'Hadrien

Envoyer Imprimer

Mémoires de Trajan, mémoires d'Hadrien

Appel à contributions
Date limite : 31 octobre 2015

 


L'année 2017 marquera le dix-neuvième centenaire de la mort de l'empereur Trajan et de l'accession au principat de son parent Hadrien. À l'occasion de cet anniversaire, nous souhaiterions étudier lors d'un colloque les mémoires contrastées et complexes de ces deux empereurs romains. Cette manifestation se déroulera les jeudi 28 et vendredi 29 septembre 2017 à l'université de Lille SHS-Lille 3. Elle s'inscrira dans la continuité de plusieurs événements et programmes scientifiques qui ont récemment marqué la région : le séminaire « Réception de l'Antiquité » de l'École doctorale SHS Lille Nord de France (depuis 2010), l'exposition « Hadrien, empereur » à la villa Marguerite Yourcenar (2011), l'exposition « Rome en pays nervien » à Ath et Bavay (2015), ou encore la journée d'étude « L'empereur Auguste et la mémoire des siècles » organisée à l'université d'Artois (mars 2015). Il s'inscrit dans les thèmes de recherche des principales équipes partenaires : le laboratoire « Histoire, archéologie et littérature des mondes anciens » (HALMA, UMR 8164, CNRS-Université de Lille SHS-Lille 3), l'unité de recherche « Histoire, langues, littérature et interculturel » (HLLI, EA 4030, Université du Littoral Côte d'Opale, Boulogne-sur-Mer), et l'équipe « Littératures et représentations de l'Antiquité et du Moyen Âge » (CELIS, EA 1002, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand).

Lire la suite...
 

Syntaktika

Envoyer Imprimer

Syntaktika

Revue de syntaxe et de sémantique du grec ancien

Appel à contributions

 

SYNTAKTIKA, revue de syntaxe et de sémantique du grec ancien de l'université Jean Monnet, lance un appel à contribution pour ses prochains numéros. Nous examinons toutes les propositions portant sur la syntaxe et la sémantique du grec ancien.

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Source : Syntaktika

 
  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  4 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »


Page 1 sur 4

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification