Publications

Francesca Gazzano - Gabriella Ottone, Le età della trasmissione. Alessandria, Roma, Bisanzio

Envoyer Imprimer

Francesca Gazzano - Gabriella Ottone (éd.), Le età della trasmissione. Alessandria, Roma, Bisanzio. Atti delle giornate di studio sulla storiografia greca frammentaria (Genova, 29-30 maggio 2012), Tivoli, 2013.

Éditeur : Edizioni Tored
Collection : Themata
XXII+356 pages
ISBN : 978-88-88617-48-0
100,00 €

Lire la suite...
 

P. Cosme, Auguste, maître du monde

Envoyer Imprimer

Pierre Cosme, Auguste, maître du monde. Actium, 2 septembre 31 av. J.-C., Paris, 2014.

Éditeur : Editions Tallandier
144 pages
ISBN : 9791021003323
16,90 €

Décisive dans l’histoire de l’Empire romain, la bataille d’Actium scelle l’affrontement devenu inévitable entre Octavien, d’un côté, et Marc Antoine et Cléopâtre, de l’autre. Décisive parce que, lorsque la nuit tombe sur le golfe d’Ambracie, au nord-ouest de la Grèce, au soir du 2 septembre 31 avant Jésus-Christ, Octavien, vainqueur, demeure seul maître du monde romain. Devenu Auguste et premier empereur romain, il inaugure une nouvelle ère qui ne s’achèvera qu’à la chute de Rome au Ve siècle. Défait et lâché par ses alliés, Marc Antoine se donne la mort en août 30. Ce suicide est suivi quinze jours plus tard par celui, célèbre, de Cléopâtre.
L’assassinat de Jules César en 44 avant J.-C. aboutit au partage de l’Empire : Marc Antoine règne sur l’Orient, en compagnie de Cléopâtre, tandis qu’Octavien gouverne l’Occident. Cela fait donc plus de dix ans que les deux protagonistes s’affrontent par partisans, campagnes de dénigrement et propagande interposés. La guerre est finalement déclarée, à la fin de l’été 32. Jusqu’au printemps 31, une « drôle de guerre » met aux prises les deux adversaires. Au matin du 2 septembre, au large d’Actium sur la mer Ionienne, après quatre jours de tempête, la bataille a bien lieu. Près de 800 navires et 80 000 hommes se font face. L’issue de cette bataille meurtrière était-elle inéluctable ? À quel moment la bataille fut-elle perdue pour Marc Antoine ? Quel aurait été l’Empire romain s’il l’avait emportée ? Quel fut le rôle de Cléopâtre ? C’est à ces questions, et à bien d’autres, que Pierre Cosme répond ici, brossant en creux l’histoire de cette décennie cruciale.


Source : Tallandier.

 

Christian Rollinger, Amicitia sanctissime colenda. Freundschaft und soziale Netzwerke in der Späten Republik

Envoyer Imprimer

amicitia.jpg

Christian Rollinger, Amicitia sanctissime colenda. Freundschaft und soziale Netzwerke in der Späten Republik, Heidelberg, 2014.

Éditeur : Verlag Antike
Collection : Studien zur Alten Geschichte, Bd. 19
576 pages
ISBN : 978-3-938032-71-8
€ 89,90 [D]

Römische Vorstellungen von Freundschaft sind sowohl in der Antike als auch in der modernen Wissenschaft viel diskutiert worden, wobei in der Forschung der letzten Jahrzehnte vor allem nach der Bedeutung und Funktion aristokratischer amicitiae für das Funktionieren der republikanischen Politik gefragt wurde. Die vorliegende Studie setzt in diesem gut bearbeiteten Feld neue Schwerpunkte und verfolgt andere Fragestellungen: Nach welchen Regeln und Maßstäben wurden Freundschaften in der Oberschicht geschlossen und gepflegt? Welche Erwartungshorizonte waren mit diesen persönlichen Beziehungen verbunden?

Spätrepublikanische Nahbeziehungen waren konstitutiver Bestandteil eines die gesamte Oberschicht umfassenden Netzwerkes, dessen Mitglieder einander durch Freundschaft und die sich daraus ergebenden Handlungshorizonte und Beziehungsgeflechte verpflichtet waren. Innerhalb dieses Netzwerkes wurden Hierarchien und Positionen bestimmt, wurde Ressourcenverteilung sowohl im ökonomischen als auch im gesellschaftlichen Sinn („soziales Kapital“) verhandelt und durchgeführt. Schließlich konnte der kluge politische Kopf versuchen, diese persönlichen Netzwerke auch im öffentlichen Leben zu aktivieren und zu instrumentalisieren.

Dieses Oberschichtennetzwerk wird hier erstmals nicht nur metaphorisch beschrieben sondern durch die in anderen historischen Fachrichtungen bereits etablierte Methode der Analyse sozialer Netzwerke empirisch nachgewiesen und analysiert.

Source : www.verlag-antike.de

 

P. Boulhol et P.-A. Jacob, Maxime de Riez entre l’histoire et la légende

Envoyer Imprimer

maxime_de_riez.png

Maxime de Riez entre l'histoire et la légende. Dynamius le Patrice, Vie de saint Maxime, évêque de Riez. Fauste de Riez, Panégyrique de saint Maxime, évêque et abbé. Introduction de Paul-André Jacob et de Pascal Boulhol avec la collaboration de Philippe Borgard, Jean Guyon et Marc Heijmans. Traduction et notes de Pascal Boulhol et de Paul-André Jacob. Documents annexes présentés et traduits par Pascal Boulhol, Valensole, 2014.

Éditeur : Aurorae Libri — Les Amis du Vieux Riez
Collection : « Rive gauche »
213 pages
ISBN : ISBN 9782917221174
15 €


Ce livre de la collection « Rive gauche » réunit notamment deux traductions nouvelles (dont une première pour la langue française) des deux textes latins qui constituent l'essentiel de notre documentation sur le personnage et sur la vie de Maxime de Riez (av. 427 – ap. 452). Ce prélat, originaire semble-t-il de Châteauredon, fut abbé de Lérins avant de devenir évêque de Riez. L'auteur du premier texte est un notable marseillais nommé Dynamius, mentionné dans l'Histoire des Francs de son contemporain Grégoire de Tours, qui ne l'apprécie guère. Le second n'est autre que le successeur de Maxime sur le trône épiscopal de Riez : le célèbre Fauste. L'étude de leur œuvre, confrontée à la réalité archéologique, nous éclaire sur l'apparence et sur le quotidien de la cité de Riez, et plus généralement sur la spiritualité provençale, entre la seconde moitié du Ve siècle et la fin du VIe siècle « à une époque qui peut être qualifiée d'“âge d'or” de la Provence ».
La traduction a bénéficié du concours de cinq chercheurs, spécialistes de lettres classiques, d'histoire et d'archéologie.
L'illustration est constituée de deux cartes, d'une reproduction de carte ancienne et de la reproduction de quatre des pages d'une édition ancienne du Sermon de Fauste (avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale [BMVR] de Marseille), dont trois documents inédits.
Le livre compte 213 pages comprenant, outre le texte principal en latin et en français, une introduction d'environ 50 pages, 526 notes et deux documents annexes en latin traduits pour la première fois en Français.


Source : Aurorae Libri

 

C. Balandier, C. Chandezon, Institutions, sociétés et cultes de la Méditerranée antique.

Envoyer Imprimer

institutions-societes-et-cultes-mediterranee-antique-claude-vial.jpg

C. Balandier, C. Chandezon (éd.), Institutions, sociétés et cultes de la Méditerranée antique, Bordeaux, 2014.

Éditeur : Ausonius Éditions
Collection : Scripta Antiqua 58
312 pages
ISBN : 978-2-35613-095-2
25 €

Présentation de l'éditeur :
Cet ouvrage, édité en l'honneur de Claude Vial, professeur émérite d'histoire grecque à l'Université Paul-Valéry Montpellier III, rassemble 12 contributions inédites et 4 articles de Claude Vial elle-même, republiés pour l'occasion. Claude Vial, en tant qu'historienne, témoigne d'une fine connaisseuse des inscriptions et de la littérature grecque ; elle est bien connue pour ses travaux sur Délos, sur la société grecque, notamment sur l'histoire des femmes. On ne s'étonnera donc pas que ces Mélanges qui lui sont offerts comportent des articles consacrés aux institutions (à la dokimasie à Délos, à deux liturgies l'hippotrophia et la boutrophia), à l'anthroponymie (à Érétrie et à Athènes), aux pratiques religieuses (les groupes de thérapeutes, des rites spécifiques de Thasos, de Thessalie, d'Arcadie). D'autres articles traitent des femmes (dans la province de Maurétanie) et de questions historiques (les sources sur l'histoire d'Alexandre, l'urbanisation de Chypre à l'époque hellénistique).
Après ces travaux de collègues et amis de Claude Vial, les éditeurs ont fait le choix de republier quatre articles de l'honoranda qui offrent des synthèses relatives à des points d'histoire du monde grec et que son auteur a bien voulu relire pour l'occasion. Une bibliographie des travaux de Claude Vial complète le volume.

Lire la suite...
 

The Journal of Medieval Latin 23, 2013

Envoyer Imprimer

jml_23.jpg

The Journal of Medieval Latin 23, 2013.

Éditeur : Brepols
VIII+399 pages
ISBN : 978-2-503-54389-5
73 €

Table of Contents
Carmela Vircillo Franklin, History and Rhetoric in the Liber Pontificalis of the Twelfth Century – Marek Thue Kretschmer, The Elegiac Love Poems Versus Eporedienses and De Tribus Puellis and the Ovidian Backdrop – Justin Lake, Gerbert of Aurillac and the Study of Rhetoric in Tenth Century Rheims – Stephen Pelle, An Edition of an Unstudied Early Carolingian Sermon Collection – Albrecht Classen, Dialectics and Courtly Love: Abelard and Heloise, Andreas Capellanus, and the Carmina Burana – Elizabeth P. Archibald, Whose Line is it Anyway? Dialogue with Donatus in Late Antique and Early Medieval Schools – Julian P. Haseldine, Affectionate Terms of Address in Twelfth-Century Latin Epistolography: A Comparative Study of the Letters of Bernard of Clairvaux, Peter the Venerable, and Peter of Celle – Alfred Hiatt, Geography in Walter of Châtillon's Alexandreis and its Medieval Reception – John F. Petruccione, The Glosses of Prudentius's Peristephanon in Leiden, Universiteitsbibliotheek, Burmann Quarto 3 (Bur. Q. 3) and their Relationship to a Lost Commentary.


Source : Brepols

 

Le Verger. Bouquet V. Etienne Jodelle : Didon se sacrifiant

Envoyer Imprimer

Le Verger. Bouquet V. Etienne Jodelle : Didon se sacrifiant, 2013.    

ISSN 2261-8449
Numéro dirigé par Adeline Lionetto-Hesters et Marie Saint-Martin

Le Verger consacre son numéro d'hiver à Didon se sacrifiant d'Etienne Jodelle, œuvre qui est inscrite au programme de littérature française des agrégations de Lettres pour la session 2014.

Adeline Lionetto-Hesters et Marie Saint-Martin : Introduction "Lire Jodelle dramaturge"
Emmanuel Buron : "Nul vivant ne se peut exempter de furie : la vicissitude, les passions et le statut du discours choral dans le premier choeur de Didon se sacrifiant"
Christine de Buzon : à venir
Céline Fournial : "Didon se sacrifiant, ou l'Enéide traduit en tragédie"
Sylvain Garnier : "Tragédie élégiaque et élégie tragique : la réinvention symétrique de deux formes poétiques jumelées par Jodelle et La Péruse"
Nina Hugot : "« Quels propos furieux » : La poétique jodellienne au miroir du personnage de Didon"
Mariangela Miotti : "Les monologues de Didon : l'aveu d'une solitude"
John Nassichuk : "« Fortune m'ordonne » : le portrait féminin dans Didon se sacrifiant"
Sandra Provini : "Le personnage de Didon dans Didon se sacrifiant de Jodelle"

Source : Cornucopia

 


Page 3 sur 93

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification