M. Sorokina, Les sphères, les astres et les théologiens

Envoyer Imprimer

ssent_5.jpg

Maria Sorokina, Les sphères, les astres et les théologiens. L'influence céleste entre science et foi dans les commentaires des Sentences (v. 1220 - v. 1340), Turnhout, 2021.

Éditeur : Brepols
Collection : Studia Sententiarum, vol. 5
XXVI+1306 pages
ISBN : 978-2-503-59086-8
€ 120 (excl. VAT)


This book is the first exhaustive study of one of the fundamental theory for medieval science: the theory of celestial influence. The analysis of the Sentences commentaries reveals different conceptions of celestial causality and shows the interactions between secular and Christian cosmologies.

Pour la totalité des savants médiévaux, les sphères et astres causent de multiples phénomènes terrestres, des événements météorologiques jusqu'aux changements dans le corps humain. Mais qu'en disent les théologiens ? Ce livre propose la première reconstitution de la théorie de l'influence céleste à partir d'une analyse exhaustive du corpus des commentaires des Sentences (v. 1220-v. 1340). Non seulement ces auteurs adhèrent à la doctrine de la causalité céleste, mais aussi ils prônent une approche originale. D'une part, ils traitent de l'influence « ordinaire », celle des corps supérieurs connus des astronomes : son étendue, ses mécanismes, ses limites. D'autre part, ils dépeignent une influence « hors normes », celle des sphères, des planètes et des étoiles dont l'existence est postulée par la foi chrétienne : le ciel empyrée, demeure des bienheureux, ou les corps célestes métamorphosés par l'Apocalypse. Dotés, à première vue, de propriétés contraires à l'ordre naturel, ces cieux sont néanmoins décrits avec la philosophie naturelle aristotélicienne. La théologie s'adapte donc à la science, mais en renouvelant cette dernière : en englobant le cas des cieux « atypiques », la théorie de l'influence céleste en ressort profondément modifiée. Il s'agit d'une clé pour comprendre l'innovation du savoir scientifique médiéval et, peut-être, pour penser les évolutions scientifiques ultérieures.


Ce livre est la version retravaillée d'une thèse de doctorat distinguée par deux prix : le prix Daniel et Michel Dezès (décerné par le Comité français des sciences historiques sous l'égide de la Fondation de France) et le prix de la Société française d'histoire des sciences et des techniques (SFHST).

Maria Sorokina (docteur, Université Paris-Est, 2017 ; chercheuse postdoctorale, De Wulf-Mansion Centre, KU Leuven) est une historienne des sciences médiévales ; ses recherches portent, en particulier, sur le problème des rapports entre science et foi.


Table of Contents

Introduction

Partie I : Une influence ordinaire. Les corps célestes comme causes

Chapitre 1 : An sit ? L'existence de l'influence céleste : les arguments d'usage et leur remise en cause

Chapitre 2 : Qualis sit ? Les effets et les typologies des influences célestes

Chapitre 3 : Quomodo sit ? Les modalités de l'influence céleste

Section : L'influence céleste et ses limites

Chapitre 4 : L'influence céleste dans le monde supralunaire

Chapitre 5 : Les effets contingents des causes nécessaires : les corps célestes face aux causes secondes

Chapitre 6 : Les corps célestes et les êtres vivants : l'origine des âmes corruptibles

Chapitre 7 : Le libre arbitre face à l'influence céleste : la théorie de l'inclinatio

Partie II : Une influence ordinaire. Les corps célestes comme signes

Chapitre 8 : Ut sint in signa et tempora. Les signes peuvent-ils être des causes ?

Chapitre 9 : « Les signes dont l'observation est une vanité ». L'astrologie dans les commentaires des Sentences

Partie III : Une influence céleste « hors normes » : le cas du ciel empyrée

Chapitre 10 : Le ciel empyrée : l'existence et la causalité en question

Chapitre 11 : Un ciel pour la vie future ? Un argument « théologique » contre l'influence de l'empyrée

Chapitre 12 : L'immobilité, l'obstacle principal à l'influence de l'empyrée ?

Chapitre 13 : Une lumière sans rayons : une autre menace pour la théorie de l'influence de l'empyrée ?

Section : Les effets de l'empyrée

Chapitre 14 : Pour l'influence de l'empyrée : cadre général de l'argumentation

Chapitre 15 : L'empyrée comme lieu de l'univers. Une preuve incertaine de l'influence de l'ultime sphère

Chapitre 16 : Le ciel empyrée et les autres sphères

Chapitre 17 : L'empyrée et et la vie humaine : la lumière de l'ultime sphère dans l'union de l'âme et du corps

Chapitre 18 : Le sel à Poitiers, les lions en Afrique et d'autres effets d'un ciel immobile

Partie IV : Une influence céleste « hors normes » : les corps célestes à la fin des temps

Chapitre 19 : Le monde supralunaire à la veille de l'Apocalypse : les signes célestes et le feu purgatoire

Chapitre 20 : Lux solis erit septempliciter. La lumière accrue des derniers temps et l'influence céleste

Chapitre 21 : Les corps célestes doivent-ils s'arrêter ? Le repos du ciel comme nécessité

Chapitre 22 : Les corps célestes peuvent-ils s'arrêter ? Le repos du ciel comme possibilité

Chapitre 23 : Immobilité céleste, immobilité terrestre ? Le repos des corps supérieurs et l'existences des corps inférieurs

Chapitre 24 : La fin des temps comme fin d'un cycle cosmique. La position des corps célestes après le Jugement dernier

Chapitre 25 : Le meilleur des mondes. L'ici-bas après l'arrêt des corps célestes

Conclusion générale

Annexe : Notices bio-bibliographiques sur les commentaires des Sentences

Sources et bibliographie
Indices

 

 

Source : http://www.brepols.net

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification