Publications

F. Roberta, Metodio di Olimpo, Il libero arbitrio

Envoyer Imprimer

jjnsinnxlpmh_s4-mb.jpg

Franchi Roberta, Metodio di Olimpo, Il libero arbitrio, Milano, 2015.

Éditeur : Paoline
Collection : Letture cristiane del primo millennio, n. 53
448 pages
ISBN : 9788831546690
39,00 euro

Metodio d'Olimpo affronta in questo dialogo alcune domande che attraversano la storia dell'umanità: qual è l'origine e quali sono le ragioni del male?Com'è possibile che un Dio buono e giusto abbia permesso il male?Perché non lo contrasta visibilmente?Il paradosso di un'esistenza che aspira quotidianamente alla felicità mentre sperimenta il dolore che deriva dall'esperienza del male pervade in profondità Il libero arbitrio. Pazientemente Metodio sviluppa il suo ragionamento coinvolgendo dapprima il momento della creazione (Dio ha creato il male?) per poi interrogarsi sul male stesso (cos'è il male?); attraverso un confronto fra opinioni diverse in un dialogo tra tre interlocutori, la riflessione giunge a un punto di svolta decisivo: è il libero arbitrio dell'uomo a determinare la possibilità del male.Il male, in ultima istanza, è il disobbedire a Dio: l'uomo, attraverso il proprio arbitrio, può scegliere di abbandonare il suo creatore ed è questo che determina il male.La visione di Metodio, tuttavia, non è pessimistica e non si limita a constatare il legame tra il male e la libertà degli uomini.Egli compie un passo ulteriore, attribuendo al libero arbitrio una funzione fondamentalmente e profondamente positiva: l'uomo, per essere veramente libero, deve avere a disposizione anche la scelta della disobbedienza affinché, decidendo liberamente di obbedire a Dio, egli possa salvarsi.Il libero arbitrio, insomma, è un dono d'amore di Dio e un privilegio di libertà concesso all'uomo; un privilegio però dal caro prezzo: la possibilità di compiere il male.

 

J. Pià Comella, Une piété de la raison. Philosophie et religion dans le stoïcisme impérial

Envoyer Imprimer

phr_3.jpg

Jordi Pià Comella, Une piété de la raison. Philosophie et religion dans le stoïcisme impérial, Turnhout, 2015.

Éditeur : Brepols
Collection : Philosophie hellénistique et romaine
564 pages
ISBN : 978-2-503-55435-8
€70 (excl. TVA + shipping)

Comment les Stoïciens impériaux concilient-ils l'exigence d'une piété intérieure fondée sur la raison avec le respect des rites religieux ? Tout comme les Stoïciens grecs, ils oscillent entre la légitimation et la condamnation des cultes civils. Mais Sénèque, Cornutus, Perse, Épictète et Marc Aurèle présentent la particularité d'acclimater le débat philosophique au contexte culturel de la Rome impériale. Ils repensent la question de la divinisation humaine en confrontant le modèle du sage à la figure du Prince. Attentifs aux aspirations spirituelles de l'individu, les Stoïciens impériaux nouent avec l'âme un rapport sacré et donnent ainsi une dimension religieuse à l'ascèse morale. Cependant, chaque auteur propose une piété qui lui est propre et qui s'exprime dans des styles et des genres très variés.

Lire la suite...
 

J.-Ch. Courtil, Sapientia contemptrix doloris. Le corps souffrant dans l'oeuvre philosophique de Sénèque

Envoyer Imprimer

couverture.gif

J.-Ch. Courtil, Sapientia contemptrix doloris. Le corps souffrant dans l'oeuvre philosophique de Sénèque, Leuven, 2015.

Éditeur : Peeters
Collection : Latomus
620 p. pages
ISBN : 978-90-429-3281-4
90 euros

Sénèque respecte scrupuleusement l'orthodoxie stoïcienne en affirmant à plusieurs reprises que l'intégrité physique, en tant qu'«indifférent» moral, ne doit en aucun cas être un objet d'attention. Toutefois, parallèlement à ces considérations, il compose une œuvre dans laquelle la souffrance physique occupe une place considérable. La présente étude, à travers l'examen des théories et des représentations du dolor physique dans l'œuvre philosophique de Sénèque, se propose de résoudre ce paradoxe apparent, et de déterminer précisément les fonctions d'un tel emploi. Après avoir défini la notion de dolor physique, elle démontre l'omniprésence du motif du corps souffrant et en dégage les raisons contextuelles. Elle envisage en outre la dimension médicale des représentations de la souffrance, afin de définir le niveau des connaissances techniques du philosophe et l'origine des théories pathologiques et thérapeutiques qui affleurent dans son œuvre. Enfin, elle examine le dolor physique au sein de la pensée philosophique de Sénèque afin de démontrer que le dolor possède une fonction éthique de premier ordre, aussi bien d'un point de vue théorique que pratique.

 

Source : Lien Peeters Publishers

 

E. Wolff, Littérature, politique et religion en Afrique vandale

Envoyer Imprimer

skmbt_c55215102110540.jpg

E. Wolff (éd.), Littérature, politique et religion en Afrique vandale, Turnhout, 2015.

Éditeur : Institut d'Études Augustiniennes
Collection : Collection des Études augustiniennes. Série Antiquité 200
388 pages
ISBN : 978-2-85121-276-4
€45,28 (excl. TVA and shipping)

Le livre Littérature, politique et religion en Afrique vandale contient les communications prononcées au colloque international « Littérature, politique et religion en Afrique vandale », organisé par Étienne Wolff, avec le soutien de son équipe de recherches THEMAM, composante de l'UMR 7041 ArScAn, qui s'est tenu à l'Université de Paris Ouest Nanterre La Défense les 6 et 7 octobre 2014.

Les communications sont présentées ici selon un ordre thématique. Cet ordre, et le sujet très ciblé du colloque, font que le livre, plutôt que d'être un recueil de textes mal liés comme parfois les actes de colloque, présente une forte unité. Il constitue une synthèse sur l'Afrique vandale (439-533) qui faisait défaut.

Lire la suite...
 

S. Martin, Du statère au sesterce. Monnaie et romanisation dans la Gaule du Nord et de l’Est

Envoyer Imprimer

978-2-35613-138-6.jpg

Stéphane Martin, Du statère au sesterce. Monnaie et romanisation dans la Gaule du Nord et de l'Est, Bordeaux, 2015.

Éditeur : Ausonius Éditions
Collection : Scripta Antiqua, 78
488 pages
ISBN : 978-2-35613-138-6
25 euros

Une des conséquences les plus manifestes de la conquête des Gaules fut sans conteste le passage de la monnaie gauloise à la monnaie romaine. Jusqu'à présent, aucune étude détaillée n'y avait pourtant été consacrée. En confrontant les données numismatiques aux sources archéologiques, littéraires et épigraphiques, et en s'appuyant sur plus d'une centaine de cartes et de graphiques produits spécialement pour cette recherche, cet ouvrage propose une analyse croisée de la monétarisation et de la romanisation dans la Gaule du Nord et de l'Est. Replacée dans son contexte économique, politique et social, la monnaie éclaire l'ensemble des processus qui ont mené à l'intégration des Trois Gaules dans le monde romain, depuis l'apparition d'une économie monétaire avec les premières monnaies gauloises du IIIe s. a.C. et les traités d'alliance entre Rome et peuples gaulois au IIe s. a.C., jusqu'à la conquête césarienne et la municipalisation augustéenne qui signe l'arrêt des frappes indigènes et leur disparition complète dès le milieu du Ier s. p.C.

Lire la suite...
 

Anne-Claire Michel, La Cour sous l’empereur Claude. Les enjeux d’un lieu de pouvoir

Envoyer Imprimer

1444833503.jpg

Anne-Claire Michel, La Cour sous l'empereur Claude. Les enjeux d'un lieu de pouvoir, Rennes, 2015.

Éditeur : Presses Universitaires de Rennes
Collection : Histoire
382 pages
ISBN : 978-2-7535-4202-0
22 €

Cet ouvrage montre comment la cour impériale dans l'Antiquité se constitue progressivement en un nouveau lieu de pouvoir, l'entourage proche de l'empereur s'érigeant en centre politique de l'Empire. En se focalisant sur une étude approfondie du principat de Claude, il aborde toutes les facettes du phénomène aulique dans ses dimensions spatiale, sociale, politique et culturelle.

Source : Presses universitaires de Rennes

 

P.-G. Delage, Jean Chrysostome, un évêque hors-contrôle

Envoyer Imprimer

logo_15.jpg

Pascal-Grégoire Delage (éd.), Jean Chrysostome, un évêque hors-contrôle, La Rochelle, 2015.

Éditeur : CaritasPatrum
Collection : Petite Journée de Patristique
173 pages
ISBN : 978-2-9534283-9-1
18 €

Étrange ironie de l'histoire, celui qui avait été le chantre de la grandeur incommensurable du sacerdoce et de la liberté de l'Eglise fut enlevé en décembre 397 pour être conduit à Constantinople, la capitale de l'Empire, et là, y être consacré évêque de la Seconde Rome. L'ordination du prêtre Jean d'Antioche était tout à fait contraire aux règles canoniques de l'Eglise. En fait et place d'une élection qui aurait placé Jean à la tête de l'Eglise de Constantinople de façon légitime, il ne devait sa nomination qu'aux manœuvres de l'eunuque Eutrope, le favori du jeune empereur Arcadius.

Et pourtant à Constantinople, Jean ne renonça à rien. Prédicateur infatigable de la Parole de Dieu, il osait croire que tous, nobles et humbles, pouvaient vivre l'idéal de l'Evangile, rappelant aux uns et aux autres leurs devoirs et la grandeur de leur vocation. Et la parole n'étant rien sans l'exemple, il n'hésita pas à vendre les biens considérables de son Eglise pour nourrir les foules de miséreux attirés par la création de la nouvelle capitale. Ce qui lui valut l'animosité des puissants qui n'entendaient pas voir ainsi disparaître les signes de leur ostentatoire piété. Il était sans concession pour ces nobles qui fréquentent la Cour très-chrétienne : « Qui êtes-vous, vous qui adorez le Christ dans les ors de l'autel et le méprisez dans les haillons du pauvre ? »

Et cette même liberté de parole lui servira pour stigmatiser les évêques qui achètent leur charge ou les ascètes qui passent plus de temps dans les maisons des riches patriciennes que dans leur monastère. Une telle liberté de paroles et d'actions avait un prix que Jean ne tarda pas à connaître.

Lire la suite...
 


Page 100 sur 122

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification